lundi 30 mars 2015

De nouveaux travaux pour favoriser le développement de la chirurgie ambulatoire...

 
De nouveaux travaux pour favoriser le développement de la chirurgie ambulatoire
 
 

Engagée depuis 3 ans dans un programme destiné à favoriser le développement de la chirurgie ambulatoire, la HAS met aujourd’hui à la disposition des établissements de santé un logiciel de microcosting leur permettant d’analyser les coûts de production des gestes pratiqués en chirurgie ambulatoire et des outils d’évaluation de cette activité (grille patient-traceur). Par ailleurs, elle développe pour la chirurgie ambulatoire des indicateurs de processus et de résultats destinés à évaluer et à améliorer la qualité et la sécurité des soins.

Depuis 2012, à la demande de la DGOS, la Haute Autorité de Santé (HAS) est engagée avec l’Agence nationale d’appui à la performance des établissements de santé et médico-sociaux (ANAP) dans un programme de développement de travaux et d’outils destinés à aider les établissements et les professionnels de santé à augmenter la part de l’activité chirurgicale réalisée en ambulatoire, tous actes confondus. Elle a ainsi produit de nombreux documents[1] et poursuit son programme aujourd’hui avec quatre nouvelles productions, l’une dans le domaine médico-économique, les autres dans le domaine des indicateurs, du suivi et de l’évaluation de la chirurgie ambulatoire.

Un outil dit de « microcosting[2] » pour analyser l’adéquation des tarifs aux coûts de production de la chirurgie ambulatoire

Un des freins au développement de la chirurgie ambulatoire dans les établissements de santé réside dans leur difficulté à appréhender leur coût unitaire propre pour cette activité.

La HAS a donc développé un logiciel dit de « microcosting » qui permet aux établissements de calculer le coût réel de réalisation d’un geste chirurgical donné et de le comparer aux recettes perçues. Il s’agit d’un pack comportant un fichier Excel avec macro fonctions, un guide questions/réponses et un tutoriel disponible sur le site de la HAS.

L’objectif de l’outil est à la fois économique et organisationnel. Il permet non seulement à un établissement utilisateur de calculer le coût complet instantané du geste considéré (en euros) mais également de simuler la variation du coût unitaire du geste étudié, en fonction du volume de patients traités ou de nouvelles modalités d’organisation (extension des horaires d’ouverture par exemple).

Grâce à ce logiciel, il sera concrètement possible d’arbitrer entre des choix d’extensions des horaires ou d’accroissement capacitaire (nombre de places, nombre de blocs…) en vue d’une augmentation d’activité, d’identifier des goulots d’étranglement dans le flux des patients et d’évaluer le dimensionnement et l’organisation de l’unité pour un fonctionnement optimal minimisant son coût associé.


Développement d’indicateurs de processus et de résultats pour mesurer la qualité et la sécurité du parcours du patient en chirurgie ambulatoire



Parallèlement aux aspects économiques, il convient de proposer à tous les patients éligibles à une prise en charge en ambulatoire un accès à des soins de qualité. C’est dans ce cadre que la HAS développe des indicateurs de qualité et de sécurité des soins pour apprécier le niveau de qualité et de sécurité du parcours du patient en chirurgie ambulatoire et induire des programmes d’amélioration au sein des établissements de santé.

Pour ce travail, la HAS s’appuie sur un groupe pluridisciplinaire composé des acteurs professionnels impliqués dans le champ de la chirurgie ambulatoire ainsi que de représentants d’usagers et de patients pour développer :
  • des indicateurs de processus (mesurant la mise en œuvre des étapes clés spécifiques d’une prise en charge en chirurgie ambulatoire),
  • des indicateurs construits à partir du PMSI mesurant le résultat du parcours du patient (conversion en hospitalisation complète, ré hospitalisation).

L’expertise des membres du groupe de travail, les références professionnelles et organisationnelles, les rapports d’évaluation technologique ainsi que les travaux menés en partenariat avec l’Agence technique de l'information sur l'hospitalisation (ATIH) pour le développement des indicateurs de qualité et de sécurité des soins à partir du PMSI serviront d’appui à ce travail. Les premiers résultats devraient pouvoir être produits au niveau national en 2016.


L’évaluation de l’activité de chirurgie ambulatoire améliorée grâce à la déclinaison de la méthode du patient traceur


Enfin, dans le prolongement du déploiement de la nouvelle procédure de certification des établissements de santé dite V2014, la HAS met à disposition des établissements une grille patient-traceur spécifique à la chirurgie ambulatoire. Cette grille permet d’évaluer en équipe la prise en charge des patients et de mettre en place des actions d’amélioration, selon la méthode définie par la HAS[3]. L’enjeu pour les établissements est d’évaluer leur capacité à organiser l’activité de chirurgie ambulatoire autour du patient, à optimiser son parcours intra-hospitalier et à maîtriser les risques à chaque étape.

Les équipes vont pouvoir analyser de manière rétrospective la qualité et la sécurité de la prise en charge d’un patient tout au long de son parcours dans l’établissement en s’appuyant sur le vécu du patient et sur son dossier. La méthode permet également d’évaluer la qualité des interfaces internes (notamment avec le bloc, les admissions, le brancardage, etc.) et externes (avec les professionnels de ville) ainsi que la collaboration interprofessionnelle et interdisciplinaire.
Dans la continuité de ces travaux, une seconde grille a été réalisée dans un objectif de contrôle interne de l’organisation mise en place. Elle permet notamment d’identifier les professionnels responsables à chaque étape du parcours hospitalier du patient.

Retrouvez les documents de la HAS en cliquant ici

Aucun commentaire:

Publier un commentaire