mardi 26 mars 2019

C'est à lire : Sida, la peine et le sursis

« Sida, la peine et le sursis » Le nouveau livre de François Gueroult (Editions Infimes) paraît le 11 avril prochain. C’est un roman historique concernant une histoire toute récente, le 1er procès du sida devant une cour d'assises, c'était à Orléans, en 2008. Postface rédigée par Éric Chapeau-Åslund.

lundi 25 mars 2019

Mieux comprendre la maladie de Lyme


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Paris, le 25 mars 2019

MALADIE DE LYME :

QUATRE TABLES RONDES POUR COMPRENDRE

Sur le dépistage et le traitement de la maladie de Lyme, les tentatives pour actualiser les conclusions de la dernière conférence de consensus, qui datent de 2006, n’ont pas éteint les controverses sur la prise en charge de cette pathologie infectieuse dont l’incidence a augmenté dans la période récente.
Or le risque d’errance diagnostique et thérapeutique, qui donne parfois lieu à des traitements inadaptés et à une grande détresse psychologique et physique chez les patients, réclame un cadre de prise en charge solide et partagé par l’ensemble de la communauté médicale.
« Plusieurs de nos partenaires européens et outre-Atlantique se mobilisent contre la maladie de Lyme : ils se posent les mêmes questions que nous mais certains sont déjà parvenus à se mettre collectivement en ordre de marche. Nous devons faire preuve du même esprit de responsabilitéEn tant que parlementaires, il ne nous appartient pas de trancher mais d’approfondir le débat » a estimé M. Alain Milon, président de la commission des affaires sociales.
À cet effet, la commission organise une série de tables rondes sur le dépistage et la prise en charge de la maladie de Lyme :

mercredi 27 mars à 9h : cadrage épidémiologique et biologique ;


mercredi 27 mars à 11h : outils d’aide au diagnostic et dépistage ;


mercredi 3 avril à 9h : stratégie thérapeutique ;


mercredi 10 avril à 10h30 : rôle des autorités sanitaires.


Ces tables rondes, auxquelles participeront des représentants de l’ensemble des acteurs concernés, feront l’objet d’une captation vidéo retransmise en direct sur le site internet du Sénat et consultable en vidéo à la demande.

La commission des affaires sociales est présidée par M. Alain Milon (Les Républicains – Vaucluse).

à suivre en direct, et à revoir en vidéo  sur l'espace presse : 
http://www.senat.fr/espace_presse/actualites/201903/maladie_de_lyme.html

DIRECTION DE LA COMMUNICATION 
Juliette Elie  •  presse@senat.fr •

Lettre d'information de la Mutualité Française


25 mars 2019

Elections européennes : la Mutualité Française organise un événement en présence des têtes de liste





PLACE DE LA SANTÉ EUROPE


La Mutualité Française invite l’ensemble des têtes de liste à cet événement qui se déroulera le 11 avril à Paris. Sept candidats ont déjà confirmé leur participation : Manon Aubry (LFI), Jordan Bardella (RN), François-Xavier Bellamy (LR), Nicolas Dupont-Aignan (DLF), Raphaël Glucksmann (PS et Place publique), Benoit Hamon (G.s) et Yannick Jadot (EELV). LREM et le Modem ont annoncé que leur tête de liste commune (qui n’a pas encore été désignée) sera bien présente également.








Elections européennes : mobilisation citoyenne autour de l’Europe sociale





COMMUNIQUÉS DE PRESSE
La Mutualité Française fait entendre les attentes des Français en matière de santé à l’occasion du Grand Débat national





La rédaction vous recommande


MUTUELLES
PROTECTION SOCIALE
Grand débat : les mutuelles à la rencontre des Français


EUROPE
MUTUELLES
La Mutualité publie un Manifeste sur l’Europe sociale de demain


L'actualité des sites des unions régionales
HAUTS-DE-FRANCE
La Mutualité Française à Bruxelles pour construire l’Europe Sociale de demain
PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR
Votez pour construire l’Europe sociale de demain

Réalisation éditoriale
Directeur de la publication : François Rauch
Rédacteur en chef : Jean-Michel Molins
Rédactrice en chef adjointe : Sabine Dreyfus
Editrice multimédia : Marie-Laure Gros
Photographe / vidéo (sauf crédit photo) : Nathanaël Mergui
Rédactrice photo : Anita Véron
Graphiste : Tianly Charpentier
Collaborent également les journalistes suivants :
Paula Ferreira, Frédéric Lavignette, Ghislaine Trabacchi

dimanche 24 mars 2019

Un rendez-vous à ne pas manquer

ADOM

Accueil


Nos Focus


Notre BLOG


L'Association



Place de la Santé - Europe

Bruno HUSS
La Mutualité Française invite l’ensemble des têtes de liste à cet événement qui se déroulera le 11 avril à Paris. Au 19 mars sept candidats ont déjà confirmé leur participation : Manon Aubry (LFI), Jordan Bardella (RN), François-Xavier Bellamy (LR), Nicolas Dupont-Aignan (DLF), Raphaël Glucksmann (PS et Place publique), Benoit Hamon (G.s) et Yannick Jadot (EELV). LREM et le Modem ont annoncé que leur tête de liste commune (qui n’a pas encore été désignée) sera bien présente également.

Elections européennes : la Mutualité Française organise un événement en présence des têtes de liste le 11 avril 2019

Date : 11 avril, de 16 heures à 18h30 (accueil à partir de 15h) 
Lieu : Studio 104, Maison de la Radio, 116 avenue du Président Kennedy 75016 Paris
https://www.mutweb.fr/fr/elections-europeennes-la-mutualite-francaise-organise-un-evenement-en-presence-des-tetes-de-liste-le-11-avril-2019 
Pour tout renseignement complémentaire, n’hésitez pas à contacter Christine Jorez - 01 40 43 61 27 – christine.jorez@mutualite.fr 

Rechercher

samedi 23 mars 2019

Place de la Santé

Découvrez le Tweet de @bruno_huss : https://twitter.com/bruno_huss/status/1109489477670588416?s=09

mardi 19 mars 2019

C'est à lire : le coup de griffe de Jacques Draussin



Infolettre n° 330
mardi 19 mars 2019Contact : Jacques DRAUSSIN jacques.draussin@biensur-sante.com

Les gynécos et les tricoteuses

C’était la semaine dernière. Le conseil d’administration du Syngof [Syndicat national des gynécologues-obstétriciens de France] envoyait à ses adhérents un mail qu’on a eu du mal sur le moment à ne pas prendre pour une grossière infox.

Quel était le message de ces professionnels de santé dont on espère généralement que la pratique quotidienne est baignée d’empathie pour les femmes qui leur font confiance ? L’expression d’une exigence nettement plus emprunte de l’approche gilet jaune que de l’inspiration blouse blanche : « Pour nous faire entendre du ministère de la Santé[NDLR au sujet d’une revendication concernant le fonds de garantie de la profession], arrêtons la pratique des IVG ».

Ce qui aurait pu passer pour une - grosse – boulette de communication plus ou moins rattrapable avec un communiqué remettant les faits à leur place [par exemple, « C’était un artifice, destiné à attirer l’attention sur nos difficultés d’exercice, etc »], n’était hélas pas une menace en l’air mais un véridique mot d’ordre, parfaitement assumé.

L’actuel et l’ancien présidents du Syngof, Bertrand de Rochambeau et Jean Marty sont en effet connus pour leurs convictions anti-IVG ainsi que pour d’autres déclarations aux accents tout aussi féministes [notamment la défense enthousiaste du « point du mari », consistant à recoudre le périnée suite à une épisiotomie afin de rendre au chef de famille une compagne soigneusement rechapée après accouchement…].

La loi Veil du 17 janvier 1975 autorisant l’interruption volontaire de grossesse a fêté ses 44 ans cette année et le serment d’Hippocrate – interdisant l’avortement – avait déjà été révisé en 1966. Les docteurs Rochambeau et Marty semblent ainsi nous faire faire sans remord une sorte de saut dans l’histoire, aux temps des faiseuses d’anges et des tricoteuses.

Leur vision de la société ne les entraîne d’ailleurs pas si loin dans le passé. Il leur suffit de penser avec nostalgie à l’époque encore proche où l’avortement était déclaré Crime contre la Sûreté de l’État et passible de la peine de mort, sous le régime de Vichy en 1942.

Comme quoi, avec les dirigeants du Syngof, le point Godwin peut sans forcer rejoindre le point du mari.

Jacques DRAUSSIN

jeudi 14 mars 2019

Les Français et la lecture


CNL | BAROMÈTRE 2019
LES FRANÇAIS ET LA LECTURE


Le Centre national du livre (CNL) publie depuis 2015 un baromètre bisannuel portant sur les habitudes de lecture des Français. Les chiffres 2019, recueillis par Ipsos*, viennent d'être dévoilés. Retrouvez l'intégralité de l'étude ici :



1- Même s’ils ont le sentiment de lire de moins en moins et de manquer de temps pour la lecture, les Français sont toujours largement lecteurs.
Ils sont même plus nombreux à se déclarer spontanément lecteurs.
2- Les mangas-comics, les livres de SF et les livres sur le développement personnel progressent nettement.
De fortes disparités subsistent selon l’âge et le sexe : les mangas-comics et les livres de SF sont plus portés par les jeunes ; les livres sur le développement personnel sont plus portés par les femmes, les quadras, les CSP-.
3- Les achats de livres d’occasion, mais aussi sur Internet, se renforcent.
Les grands lecteurs et les plus de 65 ans achètent moins de livres neufs, au profit de l’occasion.
Le taux d’achat en librairie, notamment spécialisée, a progressé, mais le sentiment d’un manque de disponibilité des ouvrages en rayon et d’une difficulté à passer commande en magasin, tous deux facilités par internet, s’est accru sensiblement.
4- Les Français restent très attachés à l’objet livre.
La lecture de livres numériques évolue de manière marginale et ne cannibalise pas le format papier.
Les Français préfèrent lire des livres qui leur appartiennent et se tournent très volontiers vers le livre pour faire un cadeau.
5- Plaisir et découverte, deux grandes qualités que les Français associent toujours à la lecture.
Si les Français estiment, plus que jamais, que la lecture doit être une source de plaisir et de découverte de nouvelles choses, la recherche d’épanouissement personnel se révèle être une attente encore plus forte des Français.
 
POUR LES FRANÇAIS, LA LECTURE RESTE AVANT TOUT UNE ACTIVITÉ DE LOISIR, À LAQUELLE ILS SOUHAITERAIENT DAVANTAGE SE CONSACRER. D’AILLEURS, S’ILS AVAIENT PLUS DE TEMPS, LA LECTURE SERAIT L’UNE DES TROIS ACTIVITÉS QU’ILS PRIVILÉGIERAIENT.
Pour Vincent Monadé, président du CNL : 
« Les Français lisent autant, voire plus qu’en 2017, c’est une bonne nouvelle. Trois tendances se dégagent de cette étude : la hausse d’internet et de l’occasion, pour l’achat de livres ; la résistance du livre dans un emploi du temps de plus en plus dense ; la recherche accrue de plaisir et d’épanouissement personnel à travers la lecture. Plus que jamais, le CNL doit accompagner ces aspirations et poursuivre son action déterminée en faveur d’une lecture qui puisse rester un loisir. »
COMMUNIQUÉ DE PRESSE* Baromètre IPSOS pour le CNL : échantillon national représentatif des Français, 1000 interviews F/H 15 ans et plus. Mode de recueil : téléphone. Date du terrain : 11-22 janvier 2019.CONTACT PRESSE
Arnaud Labory 06 22 53 05 98 | arnaud@anneetarnaud.com
 Fwww.anneetarnaud.comSe désabonner de la newsletterCopyright © Agence Anne & Arnaud



This email was sent to nansellsalles@hotmail.fr
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences 
Agence Anne & Arnaud · 11 rue des Filles du Calvaire · Paris 75003 · France 

Recrutement : estimez le coût de l'embauche


Recrutement : estimez le coût de l’embauche d’un salarié en CDI, en CDD ou en apprentissage !

Quel va être le coût de votre embauche ? De quelles aides pouvez-vous bénéficier ? Simulez le coût du recrutement d’un salarié en CDI, en CDD ou en apprentissage. 

Tout savoir

Comment lutter contre les spams ?

Les spams continuent d’envahir votre boîte mail ? Comment vous en prémunir ?

Tout savoir

IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS OU IMPÔT SUR LE REVENU : QUELLE IMPOSITION POUR QUEL STATUT ?


Micro-entreprises, SAS, SARL… Quelle imposition selon votre statut ? Pouvez-vous choisir ? Quel est l’avantage de l’une ou l’autre ?

En savoir+

PROTECTION DES DONNÉES : TOUT SAVOIR SUR LE RGPD


Le RGPD, qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce qui relève des données personnelles ? Êtes-vous concerné par le RGPD ?


En savoir+

VOUS ÊTES FOURNISSEUR DU SECTEUR PUBLIC : ATTENTION, LES RÈGLES DE FACTURATION ÉVOLUENT


Tous les fournisseurs du secteur public qui emploient plus de 10 salariés doivent passer par la facturation dématérialisée depuis le 1er janvier 2019 ! Comment respecter cette obligation ? Quels sont ses avantages ?


En savoir+

RÉSULTAT FISCAL : QUELLES CHARGES POUVEZ-VOUS DÉDUIRE ?


Une entreprise peut déduire, sous conditions, certaines charges de son résultat fiscal. Quelles sont les règles ? Quelles sont les conditions de déduction ?


En savoir+

Entreprise et administration fiscale : une nouvelle relation de confiance


Une série d'initiatives inédites va transformer en profondeur la relation entre l'entreprise et l'administration fiscale. Pour en savoir plus, suivez le colloque du 14 mars en direct !


+ d'infos

Bercy Infos Entreprises

#156
14 mars 2018


Prochain numéro

 21 mars 2018


NOUS SUIVRE


GÉRER VOTRE ABONNEMENT



EN SAVOIR + SUR BERCY INFOS



Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Pour l’exercer, adressez-vous au Sircom, 139 rue de Bercy - Teledoc 536 - 75572 Paris cedex 12 ou par courriel en cliquant ici.


Objectif : santé 2030


SANTE 2030
 

Comment anticiper le futur de l’innovation pour être bien soignés en 2030 ?

Le Leem publie son analyse prospective pour relever les défis de la santé de demain

 

Jumeau digital pour tester les médicaments virtuellement avant de les prescrire à chaque patient, carte génétique de la tumeur en quelques secondes avant d’entrer dans le bureau du cancérologue, analyse de chaque cellule par l’intelligence artificielle… Lorsqu’on imagine la façon dont nous serons soignés en 2030, les images sont séduisantes. Sont-elles très éloignées de ce que sera la réalité ? Et comment adapter notre système de santé pour intégrer ces innovations ?
 

Pour le savoir, plus de 30 experts de renom ont apporté leur vision sur le nouveau monde de la santé qui émerge : un monde plus performant, certes, mais aussi plus complexe, plus connecté dans lequel la France globalement et les industriels du médicament en particulier, doivent se frayer un chemin pour donner à chaque patient la chance d’accéder aux meilleurs soins, mais aussi pour permettre à chacun de se prémunir contre la maladie.
Un exercice prospectif de grande ampleur « Santé 2030 » conduit par le Leem avec le think tank Futuribles, qui permet de présager des transformations majeures induites par l’accélération des innovations, non seulement dans les techniques utilisées pour nous soigner mais aussi dans l’organisation même du système de santé et dans la façon d’appréhender la santé et les soins dans notre société. 

Des révolutions annoncées 
En 2030, le visage de la France sera foncièrement différent : elle devrait être peuplée de 70 millions d’habitants, dont 80 % vivront en zone urbaine. Les plus de 65 ans représenteront un quart de la population et souffriront en moyenne de 4 à 6[1] pathologies. Notre système de soins devra accompagner et prendre en charge 1,4 à 1,7 million de personnes âgées dépendantes, et gérer une augmentation probable de 50 % du nombre de patients en ALD (affection longue durée) par rapport à aujourd’hui.
« Au moment où le gouvernement engage la transformation de notre système au travers du plan « Ma santé 2022 », ce travail prospectif montre que demain l’on guérira de plus en plus souvent des maladies chroniques et que l’on chronicisera des maladies mortelles. C’est tout l’enjeu transformationnel majeur de notre système de santé», affirme Philippe Lamoureux, Directeur Général du Leem .
Comment adapter le système de santé à ces révolutions majeures ?
Afin d’apporter des éléments de réponse, les experts de « Santé 2030 » ont pris en compte à la fois les progrès et besoins médicaux, les grands défis environnementaux, les évolutions sociétales et les bouleversements technologiques en cours. Ils ont structuré leurs réflexions autour de 12 grandes pathologies et 14 vecteurs d’innovation qui vont, selon eux, façonner les progrès de la recherche et du diagnostic.



Guérir les cancers et les maladies neurodégénératives : deux priorités des Français en 2030 
Pour les Français, selon un sondage réalisé par le Leem en août 2018, guérir du cancer et de la maladie d’Alzheimer sont les deux priorités pour 2030. En France, en effet, 400 000 cancers sont diagnostiqués chaque année et sont responsables de 161 000 décès. La maladie d’Alzheimer touche, quant à elle, aujourd’hui 900 000 personnes.
Au plan thérapeutique, la situation devrait évoluer favorablement. 2030 verra de nouveaux traitements et de nouvelles combinaisons de traitements issus des quelque 3 463[2] essais cliniques en cours dans le champ du cancer et des 129 essais dans le domaine des maladies neurodégénératives. Même dans l’hypothèse où seul un dixième de ces développements conduirait effectivement à un nouveau médicament disponible pour les patients, le rythme et le nombre des innovations seront exceptionnels dans les prochaines années.
Déjà aujourd’hui dans le traitement des cancers, les immunothérapies peuvent soigner certains cancers métastatiques (mélanome, poumon) et parvenir à des rémissions jusqu’alors inimaginables. De leur côté, les cellules CAR-T s’avèrent efficaces dans le traitement des lymphomes et des leucémies aiguës lymphoblastiques … Cela ne va pas s’arrêter là.
 

A l’instar de ces deux pathologies, les experts ont réalisé l’exercice prospectif sur 10 autres pathologies majeures. D’ici 2030, un flux continu d’innovations dans le champ du médicament, des dispositifs médicaux et des technologies révolutionnera le pronostic de maladies redoutables. Les premiers médicaments contre la Nash (maladie du foie gras humain) sont attendus, les premières thérapies cellulaires contre la DMLA dans la vision, de plus en plus de thérapies géniques dans le champ des maladies rares, les traitements sur mesure pour enrayer la sclérose en plaques, la maladie de Parkinson, peut-être le premier vaccin contre le Sida…

Afin d’accueillir dans les meilleures conditions, les futures avancées thérapeutiques qui s’annoncent, le système de santé devra se transformer en profondeur et dans toutes ses composantes : parcours, partenariats, évaluation, financement, métiers… sans négliger les aspirations du patient et de l’usager du système de santé à plus de qualité et à une prise en compte personnalisée de sa santé. Nourri des mesures de son smartphone, de ses informations génétiques et de ses données médicales, le patient de demain - comme l’usager du système de santé - s’attendra à toujours plus de précision, voire l’exigera.
L’analyse « Santé 2030 » du Leem permet de préciser les enjeux de cette transformation, d‘en définir les jalons, les obstacles à franchir et surtout les chantiers à ouvrir pour que la France s’inscrive dans la santé du futur.
 
Pour permettre un accès durable et équitable des patients aux traitements
et aux solutions de santé de demain, l’étude du Leem a mis en exergue dix transformations :
 

Permettre l’accès le plus précoce possible des patients à l’innovation en adoptant une approche plus individualisée de la recherche clinique


Mieux anticiper l'arrivée des innovations pour permettre l’adaptation la plus efficace du système de soins,


Transformer les mécanismes d’évaluation et gagner en efficacité administrative pour permettre aux patients d’accéder plus vite aux traitements innovants,


Mener la bataille de l’efficience indispensable à la pérennité du système de santé,


Mesurer la qualité et prendre en compte le retour des patients pour mieux les soigner,


Diversifier les mécanismes de fixation des prix des médicaments innovants pour s ’adapter aux profils des innovations et pour concilier accès et efficience


Créer le modèle du «médicament service» pour placer le patient au cœur du système de santé,


Réussir le mariage entre données de santé et intelligence artificielle pour améliorer la qualité du diagnostic et des soins,


Mettre les technologies de rupture au service de la production des médicaments
innovants issus du vivant pour préserver l’indépendance sanitaire française,


Placer les questionnements éthiques au cœur de l’innovation pour concilier enjeux de recherche et interrogations de la société.


 
« Ces chantiers sont les briques nécessaires à la transformation du système de santé, conclut Philippe Lamoureux. C’est le grand message de ce travail prospectif : montrer à quel point l’innovation thérapeutique va impacter l’organisation des soins et combien il est urgent de transformer le système de santé. En effet, cette vague de progrès thérapeutique, source d’espoir pour les patients, est un révélateur des rigidités structurelles de notre système de santé et des difficultés actuelles à absorber ces innovations.  Nous avons encore le choix : subir ou choisir la révolution thérapeutique. Mais le plus grand défi que nous devrons relever d’ici 2030, c’est de piloter avec tous les acteurs de l’écosystème - chercheurs, cliniciens, autorités de santé, patients, médecins, pharmaciens, industriels et start-up - la mutation du système de santé vers plus d’efficience, de qualité et surtout d’égalité d’accès aux traitements innovants. Ce ne sera plus au patient de s’adapter au système de santé mais au système de s’adapter au patient. ».


 
L’analyse prospective Santé 2030 est disponible et téléchargeable sur www.leem.org
 
 
 
 
 
 
Contacts presse :
Stéphanie BOU - tél : 01 45 03 88 38 - email : sbou@leem.org
Virginie PAUTRE – tél : 01 45 03 88 87 – email : vpautre@leem.org
Julie AGRON – tél : 01 45 03 86 82 – email : jagron@leem.org
 

Préparer sa retraite dès 50 ans


Communiqué de presse
Neuilly-sur-Seine, le 12 mars 2019
 

Préparer sa retraite dès 50 ans & épargner solidaire -

Les conseils de la Carac au Salon des Seniors 2019 (3-6/04)

 

Du 3 au 6 avril prochains, à l’occasion du Salon des Seniors qui se déroulera Porte de Versailles à Paris, les visiteurs pourront retrouver la Carac sur le stand F10-G11 au cœur du village « Mes droits, ma retraite, mon patrimoine à l’entrée du salon.
Présente partout en France avec ses 55 agences de proximité, la Carac, mutuelle d’épargne, de retraite et de prévoyance, animera aussi deux conférences d’information et d’échange avec le public : l’une sur le pari gagnant de l’épargne solidaire, l’autre sur les raisons et les bonnes façons de préparer sa retraite dès 50 ans… et plus.
 

Tout savoir sur l’épargne, la retraite et la prévoyance sur le stand F10-G11 de la Carac
Comment concrétiser un projet, transmettre son patrimoine, préparer sa retraite, anticiper les aléas de la vie… autant de questions auxquelles les conseillers Carac pourront répondre. Les visiteurs pourront découvrir auprès d‘eux l’ensemble des solutions Carac et disposer d’un conseil avisé et personnalisé.

 

Deux conférences d’information et d’échange avec le public
La mutuelle prendra aussi la parole lors de deux conférences où elle échangera avec le public, sur l’épargne solidaire et la préparation de la retraite dès 50 ans.
Afin de permettre au plus grand nombre de visiteurs d’y assister, chacune de ces conférences se déroulera à 2 reprises (100 places disponibles).

 

Conférence « Retraite : pourquoi et comment la préparer à 50 ans ? et plus ? »


Jeudi 4 avril - 13h55
Samedi 6 avril – 14h50
 
En préambule de cette conférence, Olivier Beaufils, responsable du réseau commercial de la Carac, apporte son témoignage sur l’importance de la préparation de la retraite (via des solutions collectives en entreprises ou des solutions individuelles) pour pallier deux nouveaux besoins de revenus qui surviennent à la retraite : le besoin de revenus de loisirs et de revenus quotidiens.
 
« Pourquoi préparer sa retraite sans attendre ? D’une part, parce que l’on peut s’attendre dans quelques années à avoir un revenu de retraite qui sera compris sensiblement entre 50 et 60% de ses revenus. Mais aussi par ce que les seniors sont amenés à avoir des dépenses nouvelles et/ou supplémentaires, à savoir des dépenses de loisirs mais aussi des dépenses santé (complémentaire santé en 1er chef) et puis dans un 2e temps de prévoir un éventuel état de dépendance (avec le maintien à domicile, ou bien une maison de retraite ou une maison médicalisée). »,
« Mon conseil est de faire faire le meilleur diagnostic possible afin de mettre en place les solutions qui permettront de cibler l’obtention de l’équivalent de 80% des revenus en activité. Pour cela, s’y prendre tôt permettra la mise en place d’un effort modéré d’épargne. », souligne Olivier Beaufils
 
Pour retrouver ce témoignage en vidéo, cliquez ici.
Et pour consulter le dossier gratuit en ligne de la Carac ‘Bien préparer sa retraite’, cliquer ici.

Conférence « L'épargne solidaire, un duo gagnant et généreux »


Une conférence co-animée par la Carac et le collectif françaisFinansol de promotion de l’épargne solidaire
Mercredi 3 avril - 14h50
Puis vendredi 5 avril - 16h
 
Le principe de l’épargne solidaire est de se constituer un capital en vue d’un projet tout en donnant du sens à son épargne. C’est un engagement fort pour la Carac depuis sa fondation, et renforcé par son engagement au sein de Finansol depuis 2006.
L’épargne solidaire peut aussi être un excellent choix dans le cadre d’un projet d’épargne retraite. C’est un vrai domaine d’expertise pour la Carac qui propose depuis 2012 à ses adhérents une solution reconnue d’épargne solidaireEntraid’Epargne Carac; dûment labellisée par Finansol. Cette solution allie l’épargne et la contribution (1% de chaque versement) à 5 associations partenaires de la Carac :  Arc-en-ciel (qui réalise le rêve d’enfants malades),  APF France Handicap(soutien et accompagnement des personnes en situation de handicap), Mécénat Chirurgie Cardiaque  (qui aide au financement solidaire de l’opération d’enfants atteints de malformation cardiaque),  Solidarités Nouvelles face au Chômage (contre l’exclusion et le chômage) ainsi que l’Œuvre des Pupilles Orphelins et Fonds d'entraide des Sapeurs-Pompiers de France (soutien moral et matériel des orphelins et de  leur famille).


(*) Sur son site Internet, la Carac consacre au PERP un dossier complet d’information

 

Du mardi 3 au samedi 6 avril 2019

Paris Porte de Versailles – Hall 4

Rendez-vous incontournable des 50+

À propos de la Carac

Mutuelle d’épargne à taille humaine, la Carac conçoit, gère et distribue des solutions financières qui s’adressent à toutes les personnes soucieuses de performance et d’intégrité dans la gestion de leur patrimoine. La Carac dispose d’un réseau de collaborateurs sur l’ensemble de la France qui conseillent et accompagnent les épargnants. Fière de son histoire, porteuse de valeurs telles que la loyauté, l’engagement, la fiabilité, et la proximité, la Carac se fait un devoir d’être à la hauteur de la confiance que ses adhérents lui accordent. Garante de leur intérêt à la fois collectif et individuel, elle incarne un modèle avisé qui fait de ses adhérents des acteurs à part entière de la gouvernance.
Pour plus d'informations :www.carac.fr ,www.epargnonssolidaire.fr , Facebook Carac Epargne

Contacts Presse : suPR !

Chrystel Libert - 06 52 49 31 30 -clibert@supr-agency.com

Vente de médicaments en ligne


La vente en ligne de médicaments est autorisée en France depuis 2013. Pourtant, malgré la forte demande des consommateurs français, les pharmacies en ligne françaises peinent à exister à cause de la concurrence déloyale de leurs homologues européennes, qui créent par ailleurs un vrai problème de santé publique.

"Allez-vous laisser mourir les pharmacies en ligne françaises ?"

Dans une vidéo, Constance Coquerel, pharmacienne pour le site lillois LaSante.net, interpelle directement la Ministre des Solidarités et de la Santé et le Secrétaire d'Etat chargé du Numérique.

En savoir plus : 
Constance Coquerel - contact@lasante.net - 06 20 31 63 00.

A propos de LaSante.net :

Créé fin 2012, LaSante.net est le pionnier français de la vente en ligne de médicaments sans ordonnance. Adossé à une officine physique de Villeneuve d'Ascq (Nord), LaSante.net propose une automédication responsable et pratique la pédagogie en ligne.

Lire le communiqué de presse

mercredi 13 mars 2019

C'est à lire : Le concept de souveraineté en Afrique

Le Professeur Pierre Kipré vient de publier aux Éditions Harmattan, un essai passionnant  sur le concept de souveraineté en Afrique.

Il donne aux lecteurs de "Mine d'infos", quelques coups de projecteur sur un essai qui aide à comprendre l'actualité...
L'Afrique et la question de la souveraineté.

Lorsqu’il est abordé par les analystes politiques, le concept de souveraineté est souvent mis en liaison étroite avec la construction de l’État-nation, sa visibilité interne et son positionnement externe. Il est aussi mis en relation avec le nationalisme et toutes ses déclinaisons. Sans pour autant superposer les deux, beaucoup ont tendance à voir la promotion de l’un comme la défense automatique de l’autre.
Pour des analystes de la vie politique en Afrique, les combats actuels pour la souveraineté des peuples sont dictés par un « ethno-nationalisme » qui n’est qu’une volonté de rétablir « l’Afrique des tribus et des ethnies ». Autre thème récurrent ici, au nom de la « mondialisation » et d’un hypothétique « village planétaire » ou en souvenir des épouvantables hécatombes humaines des deux guerres mondiales, certains se sont fait les pourfendeurs de l’Etat-nation, notion jugée « ringarde », voire dangereuse, au moment où l’emportent les grands ensembles régionaux ou continentaux.
Pour tous ces analystes, la souveraineté est un concept qui a perdu sa pertinence des siècles précédents et tend vers un statut purement historique. Ces approches sont-elles justifiées pour l’historien de l’Afrique ?
La souveraineté n’est pas simplement une question juridique d’autodétermination et de liberté d’expression. Elle pose surtout le problème de la capacité (ou non) de faire des choix pour soi et de les assumer totalement, à l’intérieur et hors de ses frontières. Voilà pourquoi la souveraineté se situe en amont de la formation de l’Etat et irrigue celle-ci en permanence pour sa pérennisation. Nous voulons faire ressortir des aspects de l’histoire de ce concept et sa perception en Afrique depuis la fin du XIXe siècle.


Le concept de souveraineté comme théorie et action en
Afrique et en Occident.
La « souveraineté » est souvent confondue avec « l’indépendance ». L'indépendance est l’absence de relation de sujétion ou de cause à effet, entre différentes entités. Qu’il s’agisse de politique ou de sciences (même mathématiques), la notion porte la marque de la distinction fondamentale entre des entités constituées. Par contre, la souveraineté qualifie la caractéristique d’une entité autant par rapport à elle-même que par rapport aux autres.  En raison de ses liens étroits avec la guerre, c’est une notion éminemment politique qui se situe au cœur des relations entre communautés, groupes sociaux, Etats. Les liens entre ces deux notions sont très forts, voire superposables, quand elles portent sur l’Etat. Pour être souverain, il faut qu’un Etat soit indépendant ; mais pour vivre son indépendance, il faut que l’Etat soit souverain.

Perception et traitement de la souveraineté dans les sociétés africaines précoloniales
Les nombreux travaux d’anthropologie politique et d’histoire sur l’Afrique permettent d’avoir une idée plus ou moins précise de la perception africaine de la souveraineté des peuples. On peut, sous ce rapport, distinguer globalement deux types de sociétés en Afrique précoloniale ; d’une part, les sociétés lignagères, généralement dans le cadre de villages ou de cités-Etats, et d’autre part, les sociétés relevant d’une catégorie géographique plus large, celle des royaumes. L’originalité de leur fonctionnement, sans aucune influence européenne, se situe avant les années 1880.

La souveraineté dans la pensée politique européenne
L’analyse du concept dans la pensée politique européenne met en lumière de véritables systèmes de pensée (écrits de philosophes et juristes sur plusieurs siècles) sur la question. Il en ressort trois traits majeurs. D’abord, la formulation et le déploiement des théories s’inscrivent dans un contexte socio-historique différent de celui de l’Afrique précoloniale. Ensuite, les théories sont le fait d’une pluralité d’auteurs. Enfin, au fil des siècles, les thèses évoluent, à la faveur des débats que suscitent des positions antérieurement défendues.


La centralité d’une pensée afro-européenne
La rencontre de l’Afrique avec l’Occident, progressivement violente à partir des années 1880, peut être assimilée au « choc des civilisations ». L’univers mental, les structures et institutions, la vie sociale et le niveau de maîtrise de l’environnement naturel diffèrent. En prime, la compréhension et les enjeux de la rencontre sont diamétralement opposés. L’Occident impérialiste l’emportera pour se prolonger en Afrique en tentant de la transformer. De cette rencontre naît, peu à peu, en Afrique, une autre perception africaine de la souveraineté, produit d’une pensée afro-européenne dont nous montrons la centralité.

Le basculement occidental de la perception africaine de la souveraineté 
Le choc colonial a introduit en Afrique « un processus de métissage et de domestication » de la logique occidentale de l’Etat unitaire là où le colonisateur l’a introduit. Au fil de la relation coloniale, ce processus s’est traduit par l’énoncé d’une pensée afro-européenne de l’Etat et de sa souveraineté interne autant qu’externe.


De la pensée politique afro-européenne à l’émergence d’une nouvelle génération d’Etats africains.

Bien avant la Seconde Guerre Mondiale, cette pensée afro-européenne est marquée par deux approches spatiales contradictoires de la question coloniale, à savoir l’approche ethnique et l’approche continentale. Cette contradiction traduit les difficultés à se reconnaître dans les cadres spatiaux établis par la colonisation, même si des voix, celles d’élites lettrés, intègrent cette donnée spatiale incontournable. La première approche va produire l’ethnicité politique ; la seconde donnera le panafricanisme. Ces cadres conceptuels servent d’assises aux actions visant à recouvrer la liberté perdue des colonisés.


La perception postcoloniale de la souveraineté africaine
Trois traits marquent longtemps la perception postcoloniale de la souveraineté. Ce sont : le droit inaliénable des peuples africains à la liberté totale et à son respect par les autres peuples, l’obligation du regroupement des peuples africains pour défendre leur liberté dans toutes ses dimensions, la tentation d’affirmer (ou de retrouver) des « valeurs africaines » même si les bases sociales qui les ont produites ont disparu. Nous sommes donc face, à la fois, à une rupture et à une continuité de l’ordre théorique et politique ancien.    


Les dénis de souveraineté dans l’Afrique contemporaine
La question des dénis de souveraineté peut sembler être la « tarte à la crème » des analyses de la situation sociopolitique africaine. Nous insistons moins sur l’exposé des faits avérés que sur leur signification dans le procès de souveraineté interne et externe. Il faut distinguer les dénis de la souveraineté interne de ceux de la souveraineté externe. Les premières sont  la source de l’affaiblissement des ressorts de la résilience des sociétés africaines. Les dénis de la souveraineté externe ont, eux, visé la permanence des liens de sujétion et de domination de l’Afrique qui prolongeraient l’impérialisme des siècles précédents. Ces actions négatives, en interne et en externe, souvent articulées les unes aux autres, expliquent que la souveraineté reste la contradiction principale à surmonter en Afrique.

Les dénis de la souveraineté interne 
L’Afrique s’est attachée à un mode de conception de la souveraineté interne qui puise ses fondements dans le rôle prééminent du « peuple ». Avec l’ère postcoloniale, se pose une double problématique : D’une part, qu’est ce « peuple » ? D’autre part, dans l’énoncé de l’Etat souverain, sa place est-elle dans la continuité des politiques coloniales ou en rupture ? La réponse à ces questions donne, en grande partie, la clé des dénis de souveraineté interne depuis les indépendances. 

Les dénis de la souveraineté externe
Le cas d’éviction brutale du Président ivoirien, Laurent Gbagbo, le 11 avril 2011, résume tous les ingrédients des dénis de souveraineté externe dont l’Afrique est familière depuis « les soleils des indépendances » : ingérences dans les affaires intérieures des Etats africains et mise sous tutelle économique, interventions militaires sous des prétextes divers. La nature essentielle de cet interventionnisme est la négation de la souveraineté externe de l’Afrique, rarement mise en exergue en Occident sauf dans quelques milieux « tiers-mondistes ».  Ce paradoxe tient, d’une part, au contexte de « guerre froide » dans lequel s’est inscrite, jusqu’au début des années 90, la reconnaissance de la souveraineté extérieure de ces Etat ; d’autre part, il s’explique par les rivalités économiques et géopolitiques entre grandes puissances ou entre réseaux politiques et financiers dont le contrôle de l’Afrique est l’un des grands enjeux.


Les combats de la nouvelle pensée africaine ou l’africanité renouvelée
Dans les premières décennies de l’ère postcoloniale, les élites intellectuelles africaines ont vécu trois situations d’ensemble. La première est celle de se mettre immédiatement au service des jeunes Etats en construction. La seconde est celle du combat contre les choix stratégiques des leaders politiques issus de l’ère coloniale. La troisième situation est celle de « l’exil intérieur » face aux politiques répressives des systèmes de parti unique et des régimes militaires. Quelles que soient les situations, au sortir de l’ère coloniale, ces « clercs » ont été confrontés au fait qu’aucune pensée sociale intégrée n’avait réussi à assumer les valeurs exogènes du modernisme occidental dans une réflexion autonome ancrée sur les patrimoines culturels endogènes. Avec l’échec patent de l’Etat postcolonial des années 70-80 et avec la crise sociale que provoque la faillite économique, se fait jour, véritablement, la résurgence d’une nouvelle pensée critique africaine. Elle est d’un apport essentiel dans le renouvellement de la perception africaine de la souveraineté. 

Le contexte général et la rupture des années 90.
Enclenché vers le milieu des années 80, le processus de libéralisation de la vie politique se précipite en Afrique au début des années 90. Apparemment, c’est contre les dénis de souveraineté interne des précédentes décennies que les peuples veulent retrouver l’initiative. Mais, les principaux acteurs de ce mouvement ne semblent pas avoir pris suffisamment en compte l’importance des rapports de forces sociales qu’un tel procès met en lumière, ni le poids des conservatismes. Au demeurant, le processus de démocratisation permet l’organisation de la vie démocratique, césure importante dans l’ère postcoloniale. Malgré le retour des « vieux démons » des dénis de souveraineté interne et externe, les tentatives d’organisation de la société civile, les luttes de la parole publique, les expressions de la contre-violence populaire face à la violence d’Etat ou face au mépris affiché d’une certaine pensée occidentale mettent en lumière la volonté nouvelle des peuples de voir leurs préoccupations prises en compte, sinon d’être eux-mêmes acteurs de leur destin. Quoique souvent mal exprimé ou sans cadre directif, cet état de choses peut s’interpréter, soit comme symbole confus de nouveaux mécanismes identitaires évoluant vers l’idée de citoyenneté, soit comme signe du refus d’instrumentalisation du citoyen aux profits d’intérêts inavoués, soit comme volonté profonde de changement. Ces tendances nous plongent au cœur de mutations sociopolitiques à peine dévoilées au début XXIe siècle.

De nouvelles approches pour une nouvelle perception de la souveraineté africaine
L’analyse de cette pensée développée depuis les années 80-90 montre qu’elle est plus riche, plus dynamique mais aussi plus en débat perpétuel qu’au cours des trois premières décennies. C’est tout d’abord le résultat d’une plus grande autonomie de réflexion au cœur de laquelle est redéfinie l’Afrique pour elle-même et par rapport à elle-même, hors des référents occidentaux. Elle s’exprime ensuite par l’explosion des pensées « rebelles », moins obnubilées par la question identitaire, les référents occidentaux et plus tentées par l’universalité des vécus de souveraineté. Enfin, elle veut se donner comme alternative moderne au mode de construction et de défense de la souveraineté africaine.

Pour de nouveaux paradigmes dans le débat sur la souveraineté africaine
En partant de l’idée de « reconstruction » de la souveraineté africaine, idée rendue obligatoire par l’état actuel de notre continent dans la marche de l’économie mondiale, dans la maîtrise de son propre avenir, dans les insuffisances de la pensée africaine contemporaine, nous voulons tenter de restituer toute sa dimension au concept de souveraineté, encore contradiction principale du futur africain.
Contre une conception autoritaire de la souveraineté à travers l’Etat et les rapports inégalitaires qui en découlent, nous voulons la comprendre comme exigence de libertés à conforter, comme volonté de respect du peuple, comme valeur porteuse de paix dans la justice entre peuples libres. La dimension de « co-souveraineté » la complète dans sa mise en œuvre en Afrique où elle reste essentielle et toujours pertinente.

Propos recueillis auprès du Professeur Pierre Kipré par Nora Ansell-Salles
___________________________________________ 
L’auteur :
Pierre Kipré, professeur émérite des universités, ancien ministre et ancien ambassadeur ivoirien, est membre de nombreuses sociétés savantes en Afrique et en Europe.
Principales publications :
1. Ouvrages personnels
- 2014 ; Cultures et identités nationales en Afrique de l’Ouest. Le Daà dans la société béninoise d’hier à demain ; Paris, éditions L’Harmattan, 220 p.
- 2010 ; Les migrations en Afrique noire. La construction des identités nationales et la question de l’étranger; Abidjan, éditions du CERAP ; 160 p.
- 2009 ; Inventaire critique des manuels d’histoire dans les pays d’Afrique noire francophone ; Paris, éditions de l’UNESCO ; 78 p.
- 2006 ; Intégration régionale et développement rural en Afrique de l’Ouest ; Paris, éditions SIDES –IMA ; 144 p.
- 2005, Côte d’Ivoire- La formation d’un peuple ; Paris, édit SIDES-IMA, 292 p.
- 2005 (avec S. Brunel et M-A. Pérouse de Montclos), L’aide au Tiers-monde à quoi bon ? Les éditions de l’Atelier, Paris, 115 p.
- 2000 ; Démocratie et société en Côte d’Ivoire, essai politique ; éd AMI, Abidjan, 105p.
- 1989, Le congrès de Bamako ou la naissance du R.D.A., Paris, éditions Chaka, 190 p.
- 1988, La Côte d’Ivoire coloniale (1890-1940), collection « Mémorial de la Côte d’Ivoire », t.2, Abidjan, AMI/Bordas, 303 p. (in 4°)
- 1987, Les relations internationales : de la Première Guerre Mondiale à la crise cubaine de 1962, collection « Les cours de CAPES », Abidjan, Publications de l’E.N.S. d’Abidjan, 123p.
- 1986, Villes de Côte d’Ivoire (1893-1940)- t 2 : Economie et société urbaine, Abidjan, N.E.A., 290 p.  (*cet ouvrage a obtenu le Prix Noma 1987)
- 1985, Villes de Côte d’Ivoire (1893-1940)- t 1 : La fondation des villes, Abidjan, N.E.A., 275 p. (* cet ouvrage a obtenu le Prix Noma 1987) 
2. Direction d’ouvrages collectifs
- 2012, (avec G-M. Aké Ngbo), Agriculture et sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest. Bilan et perspectives ; Paris, L’Harmattan ; 303 p.
- 2011, (avec G-M. Aké Ngbo), Conflits régionaux et indépendances nationales en Afrique de l’Ouest, Paris, L’Harmattan ; 215 p.
- 2011, (avec G-M. Aké Ngbo), Les conditions économiques de l’indépendance à l’ère de la mondialisation. Mythes et réalités en Afrique de l’Ouest ; Paris, L’Harmattan ; 274p.
- 1992, (avec L. Harding) Commerce et commerçants en Afrique – La Côte d’Ivoire, Paris, L’Harmattan, 295 p.  
- 1991 ; Histoire de Côte d’Ivoire, collection « Manuels du premier cycle », Abidjan – Paris, AMI/EDICEF, 195 p.

Nota : les Éditions Harmattan propose une version numérique de l'essai de Pierre Kipré "Le concept de souveraineté en Afrique" compatible avec tous les types de liseuses.

jeudi 7 mars 2019

12 pays célèbrent la 1ère journée internationale de la femme à Abidjan

https://news.abidjan.net/h/653651.html

Violences éducatives ordinaires


Paris, le 6 mars 2019

Violences éducatives ordinaires : le Sénat a adopté une proposition de loi en première lecture


 
Mercredi 6 mars 2019, dans le cadre d’un ordre du jour réservé au groupe socialiste et républicain, le Sénat a examiné en première lecture la proposition de loi visant à lutter contre toutes les violences éducatives ordinaires, présentée par Mme Laurence ROSSIGNOL(Socialiste et républicain – Oise) et les membres du groupe socialiste et républicain.
 
Cette proposition de loi vise à inscrire dans le code civil le principe selon lequel l'autorité parentale s'exerce sans violence. Ses auteurs souhaitent « délivrer aux familles un message clair : on peut élever des enfants sans les frapper ni les humilier ».
 
Sur le rapport de Mme Marie-Pierre de la GONTRIE(Socialiste et républicain – Paris), la commission des lois a proposé une nouvelle rédaction pour l’article unique de la proposition de loi : elle affirme que « l’autorité parentale s'exerce sans violences physiques ou psychologiques ».
 
En séance publique, le Sénat a adopté ce texte.
 
 
---
Pour plus de détails, consulter :
·         lesuivi détaillé sur l’Espace presse ;
·         lavidéode présentation de la présentation de loi ;
·         lerapportde Mme Marie-Pierre de la GONTRIE(Socialiste et républicain – Paris), fait au nom de la commission des lois ;
·         les comptes rendus (analytique etintégral) et lavidéodes débats en séance publique.

 

 

Contact presse :

Mathilde Dubourg

01 42 34 25 11 –presse@senat.fr

Vous avez la parole


Doriane est tout en paradoxes. Terrifiée par l’échec malgré un parcours scolaire sans faute, elle s’exprime sans l’once d’une timidité apparente et avec une aisance verbale digne d’une lignée de CSP+. Pourtant ses parents viennent d’un milieu modeste : une mère esthéticienne et un père à la retraite, ancien gestionnaire de centres de contrôle technique. À peine 23 ans et Doriane s’apprête à s’envoler pour La Réunion, pour un job d’économiste pour l’Institut d’émission des départements d’outre-mer, une autorité de la Banque de France. Une chose qu’elle n’aurait pas imaginée à l’époque, lorsqu’elle pensait qu’elle ne quitterait jamais vraiment sa ville natale de Fos-sur-Mer.
Malgré un parcours exemplaire, l’orientation n’a pas été un long fleuve tranquille.

Une orientation en rien toute tracée

Un hasard. Plusieurs fois Doriane décrira telle quelle son ascension scolaire avec une humilité non forcée. Au lycée, les profs la poussent pour une prépa. Un gâchis sinon. L’année de sa terminale, en ES, elle prépare aussi le concours de Sciences Po, « sans trop savoir pourquoi ». Elle lâche l’affaire à quelques semaines du bac. « J’ai voulu me consacrer au bac. J’étais très stressée et j’étais persuadée que je pouvais totalement le rater, même en étant première de ma classe. Gros problème de confiance en moi, donc », conclut-elle. Résultat final : 18.66 de moyenne au bac. Ses excellentes notes au bac lui ouvrent les portes de l’Institut d’Etudes Politiques d’Aix-en-Provence mais, sur l’insistance de ses professeurs, elle lui préfère l’hypokhâgne BL. Cette classe prépa « lettres et sciences sociales » réunit toutes les matières enseignées en classe prépa littéraire, auxquelles se rajoutent les Maths, la Sociologie et l’Economie.

L’été avant la rentrée, elle dévore des bouquins pour être à la hauteur de ses futurs camarades, venant souvent de CSP+. En première année, sa progression est fulgurante : du bas du tableau, elle finit dans le top 10. Doriane s’en donne les moyens et travaille comme une forcenée. En prépa, Doriane ne vise pas l’Ecole Normale Supérieure, le Graal des spécialités BL. Car depuis le collège, elle se rêve un peu en journaliste économique, pour le travail d’enquête et de recherche, pour le plaisir de vulgariser l’information complexe.

Après la prépa, un chemin inattendu
Et puis, pirouette du destin : elle rate le concours de Sciences Po. Alors qu’en prépa, les examens écrits sont de 6 heures, elle doit faire face à des épreuves de concours de 1h30, Doriane peine à s’adapter. Elle s’inscrit alors en bi-licence économie et science politique à Lyon. Alors qu’elle songe aux concours des écoles de journalisme, elle découvre l’économie du développement. C’est une révélation ! Elle décide de changer drastiquement son projet professionnel pour s’orienter dans cette voie. Quand elle postule en master d’économie à la Sorbonne, personne n’y croit vraiment : la Sorbonne, rien que le nom est synonyme d’inaccessible... Elle est acceptée en Master I.

Le coup de pouce d’Article 1
Grâce à l’association Article 1 et son programme MA1SON, elle est logée aux portes de Paris, à moindres frais, dans une résidence partenaire de l’association. Au sein de la résidence, Doriane monte des projets à impact social avec les autres résidents. À Paris, elle affute ainsi sa fibre sociale : elle monte un projet avec les sans-abris du quartier, réalise un stage à l’Urgence Migrants du Groupe SOS... La claque qu’elle n’avait pas vue venir arrive en master : des maths partout, selon ses propres mots. L’envie d’abandonner par peur d’échouer revient comme une vieille rengaine.   Résignation et prise de cours de math privés au forfait: « 40 euros de l’heure... J’en prends trois. » Elle trime et termine l’année : Major de promo. Pour elle, la surprise est de taille.

Elle fait son stage de fin d’année en tant qu’économiste risque pays à l’Agence Française de Développement puis enchaîne avec une mission en Angola. A 23 ans, elle n’a aucun regret concernant ses études supérieures mais reste prudente : « Maintenant il faut concrétiser et continuer à bosser, je n’ai pas fait tout ça pour rien». Son projet idéal ? Un poste d’économiste qui lui permette d’effectuer des missions sur le terrain, tout en habitant quelque part où sa mère pourrait vivre à côté pour lui faire prendre sa retraite plus tôt. 
Dans quelques jours, elle s’en va pour deux ans à La Réunion ; toujours de l’avant !



Pour plus d’informations :https://article-1.eu

 

À PROPOS D'ARTICLE 1
Née de la fusion de deux associations majeures de lutte contre l’inégalité des chances, Article 1 oeuvre pour une société dans laquelle l’orientation, la réussite et la trajectoire professionnelle ne dépendent plus des origines, pour une liberté réelle débarrassée des déterminismes sociaux ; pour une société où la réussite passe par le lien social et l’engagement citoyen. Grâce à des dispositifs innovants et à un système de mentorat solidaire, Article 1 a su mobiliser plus de 18 500 bénévoles et 400 partenaires et ainsi accompagner près de 50 000 talents issus de milieux populaires dans leur orientation, leurs réussites académique et professionnelle en 2018.

Contacts médias
Camille Froissart -camillefroissart@shadowcommunication.fr - +33 6 67 84 45 37
Nina Chaumont -ninadjitlichaumont@shadowcommunication.fr+33 6 62 94 86 84 
Aurélie Vinzent -Aurelievinzent@shadowcommunication.fr -+33 6 58 66 80 49





Aides auditives : le saviez-vous ?


Communiqué de presse –

 
A l’occasion de la journée nationale de l’audition, Santéclair fait le point pour que chacun puisse bénéficier au mieux du dispositif Buzyn (dit « 100 % santé ») appliqué aux aides auditives.
 
« Aides auditives de classe I » : tarifs et remboursements progressivement encadrés, RAC 0 en 2021
Depuis le 1er janvier 2019 une nouvelle nomenclature qui répertorie les appareils auditifs en deux classes a été introduite. Les appareils de la classe I sont ceux qui entrent dans le panier du « dispositif Buzyn » dont les tarifs sont encadrés avec un prix de vente d’ores et déjà limité à 1 300 € par oreille, pour descendre à 950 € maximum à partir de 2021.
En parallèle la base de remboursement de la Sécurité sociale, quelle que soit la classe de l’appareil, est dès maintenant portée à 300 € et atteindra 400 € en 2021. De son côté, votre complémentaire santé sera, à partir de cette dernière échéance de 2021, obligée de prendre en charge intégralement votre reste-à-charge pour les appareils de classe I et contrainte de limiter son remboursement à 1 700 euros par oreille pour les appareils de classe II.
 
« Aides auditives de classe II » : elles restent et resteront à prix libres
Si les appareils de classe II bénéficient également des bases de remboursement réévaluées de la Sécurité sociale, le maintien de tarifs libres conjugué à la limitation des remboursements imposée aux contrats responsables des complémentaires santé va se traduire par de très fréquents restes-à-charge pour ces appareils. Il reste donc particulièrement utile aux bénéficiaires de réseaux de soins en audioprothèses d’y recourir pour disposer des tarifs négociés auprès des professionnels partenaires de ces réseaux.
 
La part de marché des appareils de classe II, restant à tarifs libres, est estimée à 70 %
Les caractéristiques des appareils de classe I sont précisément détaillées puisqu’ils doivent disposer d’au moins 12 canaux de réglage et d’un certain nombre d’options parmi une liste établie comme le système anti-acouphène, la connectivité sans fil, la directivité microphonique adaptative (ou d’au moins 8 canaux, et davantage d’options associées) en plus d’assurer une amplification de 30 décibels minimum. Par ailleurs, ce sont les fabricants qui choisissent de référencer officiellement dans cette classe I leurs appareils correspondant. Pour les appareils de classe II, ils doivent eux être dotés d’au moins 20 canaux de réglage, ou de 12 canaux minimum associés à des options sophistiquées comme la batterie rechargeable.
 
Pensez à solliciter le réseau de soins en aides auditives de votre complémentaire santé !
La réforme du « dispositif Buzyn » peut apparaître complexe parce qu’elle comprend de nombreuses mesures précises et assez techniques étalées dans le temps. Si vous disposez des services d’un réseau d’audioprothésistes partenaires via votre complémentaire santé, n’hésitez pas y faire appel afin de bénéficier au mieux des nouvelles dispositions de prise en charge des audioprothèses. Vous aurez ainsi une bonne garantie que ces dispositions vous soient bien expliquées dans leurs moindres détails, les plus adaptés à votre situation personnelle, et cela aux différents moments de la mise en œuvre progressive de la réforme du remboursement des audioprothèses.
 

Journée nationale de l’Audition : cap sur le dépistage et la prévention

A l’occasion de ce moment fort autour des problématiques liées à l’audition, Santéclair invite les bénéficiaires de ses services à réaliser un bilan auditif gratuit en prenant rendez-vous auprès d’un de ses près de 800 audioprothésistes partenaires répartis sur le territoire national. Parce qu’une difficulté détectée précocement sera mieux prise en charge pour maintenir ses capacités auditives, il est important que chacun ait conscience de l’importance de préserver sa santé auditive et donc notamment de la faire évaluer puis suivre en fonction des besoins ainsi mieux identifiés.
Le service d’analyse de devis audio de Santéclair est bien sûr également disponible pour ses bénéficiaires afin de les accompagner au mieux dans la compréhension des tarifs proposés par les audioprothésistes, qu’ils soient ou non partenaires du réseau audio Santéclair, au moment où la mise en œuvre de la réforme du « 100 % santé » améliore les modalités de prise en charge tout en les complexifiant.

Contact presse : Marc PARIS –contactpresse@santeclair.fr – 06 99 96 29 54
 

Maintient à domicile des seniors



Si vous ne visualisez pas correctement l’e-mail, cliquez ici

Le maintien à domicile des seniors :

un enjeu majeur pour notre société

 

 

Acteur essentiel de la silver économie, Les Menus Services est une marque spécialiste du portage de repas à domicile pour les seniors, avec 2 millions de repas livrés en 20018. 

Fondée en 2003, elle est pionnière sur ce marché à l’époque où le secteur des services à la personne était encore émergent.

 

Expert du maintien à domicile pour les personnes âgées dépendantes, elle décline également d’autres prestations de services à la personne tels que :

Les travaux de petit bricolage,


La télé assistance et vision-assistance


L’assistance administrative à domicile


La coordination et délivrance de services à la personne

Aujourd’hui, la marque affiche 80 agences sur tout le territoire français et un chiffre d’affaires de 25 millions d’euros.

Lire le dossier de presse 2019 des Menus Services,

Contacts presse :

Agence Call Me Back

Dorothée AUPHAN / Clémence Engler

d.auphan@agencecallmeback.com

c.engler@agencecallmeback.com

01 56 81 02 81

Parlons santé : eczéma

On estime que plus de 5 % de la population souffre d'eczéma ou de psoriasis. Les bébés sont particulièrement exposés, puisqu'ils sont 20% à être touchés par l'eczéma. 


En France, ce sont donc plus de 3 millions de personnes qui subissent les conséquences gênantes et douloureuses de ces problèmes de peau, dont les effets sont exacerbés par le froid, le stress, la transpiration et le contact avec les produits chimiques.

Ces maladies de peau peuvent provoquer des démangeaisons très intenses, qui se transforment en crises et empêchent de dormir sereinement.

Dooderm, une marque de textile 100 % made in France, apporte une solution innovante et naturelle qui permet de retrouver une meilleure qualité de vie : des vêtements et sous-vêtements faits de coton et de fil d'argent antibactérien.

En savoir plus : http://www.dooderm.com
Facebook : @DoodermFrance
Instagram : Dooderm

Lire le communiqué de presse

dimanche 3 mars 2019

Agenda des manifestations culturelles africaines en IDF



agenda des actions africaines en région parisienne de mars 2019 - Pour ne plus recevoir ces courriels : faire STOP (sauf si vous le recevez indirectement : via un ami, par  liste de diffusion, ...) - Pour recevoir cet agenda, il suffit de m'autoriser à vous le transmettre - si vous organisez vous-même ou si vous avez connaissance qu'une action concernant l'Afrique et ayant lieu en région parisienne se prépare pour les prochains mois, merci de me transmettre l'info.  C'est gratuit : je l'annoncerais
Pour y accéder, cliquer sur agenda de Mars 2019
 
ou recopier la ligne suivante dans votre navigateur (cadre en haut à gauche de votre écran) :
https://agendadesactionsafricaines.wordpress.com/2019/03/01/agenda-des-actions-africaines-de-mars-2019-en-region-parisienne/

vendredi 1 mars 2019

Découvrez le Tweet de @pressentinelle2 : https://twitter.com/pressentinelle2/status/1101497249639657473?s=09

mardi 26 février 2019

Suggestions vacances

Séjours vacances à Marrakech proposés par l'Association des douaniers de langues franphones.

https://youtu.be/B32UThFwctg

Journée Annuelle ADOM 2019

Bruno HUSS président de l'Association Adom Mutualité vous donne rendez-vous le 20 mars prochain de 9h30 à 16h30 à la Maison de la Mutualité, 24 rue St Victor 75005 Paris

"Soigner et assurer, deux vecteurs indissociables des nouveaux parcours de soins ?".

Avec la participation d'Albert Lautman, DG de la FNMF.

Renseignements/ Inscriptions et Contacts presse :

contact@asso-adom.fr

lundi 25 février 2019

La Croix Rouge française communique...


Si le message ne s'affiche pas correctement, cliquez ici




COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

Nîmes, le 25 février 2019


La Croix Rouge Française de Nîmes choisit l'application Whoog : solution n°1 de gestion des remplacements de personnels

L'absentéisme et ses conséquences sur l'organisation des soins est une problématique majeure pour les établissements de santé*. Les cadres consacrent jusqu'à 70% de leur temps à chercher des intérimaires ou des remplaçants externes disponibles, parfois à la dernière minute : un processus long, coûteux et sans garantie de résultats satisfaisants.
 
Pour améliorer l'organisation des soins et accroître la qualité de vie au travail du personnel, la Croix Rouge Française de Nîmes choisit Whoog, solution n°1 de gestion des remplacements de personnels de santé. Dès aujourd'hui, les personnels peuvent s'inscrire volontairement sur l'application et indiquer leurs disponibilités ; les cadres/chefs de service peuvent publier des missions de remplacement selon les besoins identifiés.
 
Les bénéfices de la solution développée par Whoog
 
Un gain de temps pour les cadres qui peuvent se consacrer à leur cœur de métier
Un outil simple et gratuit pour permettre aux salariés qui le souhaitent de réaliser des
heures supplémentaires, tout en respectant leur temps de travail
Une solution efficace pour gérer l'absentéisme du personnel de l'établissement
 
L'application Whoog est disponible en téléchargement sur l'App Store & sur Google
Play.
 
En pratique

Un personnel (médical et non médical) est absent (planifié et imprévu)


Le cadre/chef de servicepublice une mission de remplacement surWhoog


Les personnels inscrits sur Whoog reçoivent une alerte et peuvent accepter la mission en un clic


Whoog se charge de la gestion administrative (édition des bulletins de paie, etc.)


« Notre établissement a engagé depuis plusieurs mois une démarche de prévention, au sein d'un Comité de Pilotage sur la Prévention des Risques Psycho-Sociaux (RPS). Cette réflexion, commune avec nos partenaires sociaux, nous a permis de prendre action contre la sursollicitation de nos personnels. Nous ne souhaitons pas les déranger pendant leurs jours de congé, mais nous n'avions aucun autre moyen disponible. Aujourd'hui, Whoog répond à cette injonction de gestion des absences, mais aussi d'attribuer de façon équitable les missions de remplacement sur nos différents sites », déclare Mme Mensuelle-Ferrari, directrice de l'établissement.
 
« Le Pôle Gérontologique nîmois de la Croix Rouge Française de Nîmes a des besoins en infirmières, aides-soignants et personnels de service. Nous invitons les personnes du département du Gard à s'inscrire sur l'application Whoog depuis leur téléphone portable ou leur ordinateur, avec le code CR30 pour pouvoir recevoir des alertes de mission et pouvoir y répondre en un clic. » précise Marion Babois, Responsable Administrative du Pôle Gérontologique nîmois de la Croix Rouge Française. 
 
Pour Guerric FAURE, PDG co-fondateur de Whoog, « notre solution a été conçue pour répondre aux problématiques quotidiennes et concrètes des personnels hospitaliers. L'équipe de direction souhaitait améliorer durablement son organisation et la qualité de vie au travail de ses personnels : nous avons analysé leur fonctionnement pour définir ensemble une solution personnalisée et adaptée à leurs besoins. La Croix Rouge de Nîmes a très vite saisi cette opportunité de constituer des équipes pérennes de remplaçants volontaires qualifiés : je souhaite la bienvenue à tous les nouveaux Whoogers ! »
 
*Selon une étude de la HAS publiée en 2004, le surcoût des remplacements liés à des événements indésirables évitables sont compris entre 400 millions d'euros et plus d'un milliard d'euros chaque année.
 
À propos du Pôle Gérontologique nîmois de La Croix Rouge Française :
Le Pôle Gérontologique Nîmois de la Croix Rouge Française regroupe deux EHPAD, la "RESIDENCE INDIGO" et la "RESIDENCE SAINT JOSEPH", ainsi que le SSIAD / ESA (Service de Soins Infirmiers d'Aide à Domicile / EquipeSpécialisée Alzheimer). L'établissement répond à la vocation première de la Croix-Rouge française de proposer aux personnes âgées qui ont besoin d'un soutien quotidien ou ponctuel, des solutions adaptées à leur situation - accueil de jour, hébergement temporaire et permanent, prestations d'aide et de soins à domicile... Les valeurs qui animent le personnel de l'établissement sont le respect des souhaits de la personne, de son histoire et de ses habitudes de vie. Grâce à ses services d'aide et de soins à domicile, le Pôle Gérontologique Nîmois a une capacité d'accompagnement de plus d'une centaine de personnes âgées. Son engagement repose sur une intervention à la fois individualisée et globale qui permet de construire, avec les personnes âgées et leurs aidants familiaux, une relation de confiance inscrite dans la durée.
 
À propos de Whoog :
Start-up innovante localisée a?? Sophia Antipolis (Alpes-Maritimes), Whooga de??veloppe?? la solution n°1 de gestion des remplacements base??e sur le volontariat du personnel, en partenariat avec le CHU de Montpellier et des professionnels de santé. Accompagne??e par l'Agence Europe??enneSpatiale incubateur (ESA BIC) et les incubateurs PACA Est et Te??le??comParis Tech, Whoog a e??te???? laure??ate du Trophe??e de l'Innovation au Salon de la Sante?? et de l'Autonomie pour la gestion des soins sur le territoire en 2014 et a rec?u le Prix de l'entrepreneur de l'anne??e dans la cate??gorie sante?? en 2017. Whoog est soutenue par Microsoft. Plus de 20% des établissements de santé utilisent Whoog, dont 30% des CHU. La communauté de Whoogers comprend plus de 100 000 membres.
www.whoog.com
 
Contact presse :
Agence ETYCOM l Aelya NOIRET la.noiret@etycom.fr l 06 52 03 13 47