lundi 30 juin 2014

#MGEFI2014 Résolution générale


Résolution générale

votée à l'unanimité par les délégués de l'Assemblée générale de Toulouse

Réunis en Assemblée Générale les 25 et 26 juin 2014 à Toulouse, les délégués de la MGEFI constatent que le pacte social qui fonde les différentes composantes de notre société est remis en cause graduellement au nom de la compétitivité de l’économie, notamment.

Aussi, ils affirment avec détermination leur ambition intacte d’apporter une réponse sociale innovante et pérenne en résonnance avec les attentes et les besoins exprimés par les adhérents, et se disent prêts, en cela, à rénover et adapter le modèle mutualiste pour renforcer sa pertinence, notamment dans une période de crise.

Rendre la santé accessible à tous, contribuer à la régulation du système de santé

Année après année, les politiques publiques, par des visions à trop court terme, nous éloignent  de plus  en plus de l’héritage social et du socle universel originel, creusant des inégalités  inacceptables dans l’accès aux soins.

C’est pourquoi, les délégués :

-          confirment leur attachement à voir renforcer l’assurance maladie obligatoire et solidaire,

-          demandent une profonde réforme de son financement ayant comme objectif une plus grande équité et pérennité

-          et attendent  que soit concrètement reconnu le rôle des mutuelles complémentaires  dans la régulation du système de santé.

C’est donc un regard contrasté qu’ils portent en la matière sur l’action publique au cours de ces derniers mois.

Ainsi, les délégués se félicitent de la reconnaissance de la capacité des mutuelles à pouvoir différencier les remboursements dans le cadre du conventionnement avec certains professionnels de santé. Ils prennent acte de la perspective de généralisation du tiers payant prévue par la Stratégie Nationale de Santé, dont les autres volets seront suivis avec attention, notamment concernant l’organisation des soins et la mise en place effective de parcours.

A contrario, ils s’interrogent sur l’efficacité réelle  des mesures prises pour lutter contre les dépassements d’honoraires et jugent inadaptées celles concernant le recours à l’ACS. Ils sont toujours très réservés sur les dispositifs de généralisation de la complémentaire santé, même s’ils sont conscients qu’ils doivent prendre la mesure des changements résultant de l’ANI pour adapter leurs pratiques et leurs garanties à cette nouvelle réalité.

Concernant l’évolution en cours des contrats solidaires et responsables, ils affichent, là encore, un sentiment mitigé reconnaissant,  à l’instar de la Mutualité Française, le bien fondé de leur architecture mais dénonçant  les risques inflationnistes liés au niveau des plafonds retenus, qui se situent bien au-delà de la moyenne des tarifs pratiqués. Ils regrettent l’absence d’une fiscalité incitative et attractive.

Enfin, les délégués considèrent que pour favoriser l’accès à la santé doivent être véritablement renforcées les politiques de prévention et de santé publique, toujours insuffisantes, et seront très attentifs au contenu de la loi « pour l’adaptation de la société au vieillissement » attendant la mise en place d’un véritable parcours de l’autonomie pour les personnes âgées, garantissant la solidarité nationale et l’équité de traitement sur l’ensemble du territoire national.

Défendre et moderniser le modèle mutualiste

Dans le prolongement l’adoption de la loi sur l’Economie sociale et solidaire, qui  devrait utilement être confortée par la définition d’un statut de mutuelle européenne,  les délégués continueront d’œuvrer pour démontrer l’utilité, l’efficacité sociale et la spécificité du mouvement mutualiste.

Ainsi, ils s’inscrivent activement dans le projet stratégique de la FNMF, qui vise à définir une vision partagée de l’avenir et tracer un chemin pour le mouvement, estimant pertinent à cet égard que soit rapidement mis en place un dispositif de mesures du service social rendu par les mutuelles et de leur valeur ajoutée dans un contexte d’exigence de performance économique et sociale.

Dans le même sens, ils partagent la nécessité de réfléchir aux évolutions du code de la Mutualité en vue de consolider l’autonomie du modèle mutualiste et de disposer d’un outil adapté à son service.

Concernant l’environnement de la Mutualité Fonction Publique, les délégués soulignent les démarches d’adaptation engagées et les travaux menés et attendent :

- une concrétisation rapide du projet UMFGAM, qui porte à leurs yeux les bases d’une véritable refondation de la gestion du régime obligatoire par les mutuelles de fonctionnaires;

- une prise en compte par les pouvoirs publics des préconisations faites par les mutuelles et les Fédérations syndicales en vue de renforcer les droits statutaires des agents et les solidarités professionnelles dans le cadre du prochain dispositif de référencement pour la Fonction publique d’Etat.

 

Définir et porter des choix stratégiques pour la MGEFI

La MGEFI porte l’ambition de renforcer son rôle et son attractivité auprès des adhérents et de ses partenaires, en vue de demeurer l’opérateur de référence au sein de son environnement professionnel.

En vue de cet objectif, les délégués :

-          Soulignent l’importance d’avoir rejoint l’UMG Istya, permettant à la mutuelle tout en restant identifiée d’être consolidée au sein d’un groupe fort, dont ils attendent une structuration opérationnelle plus importante;

 

-          Attendent la mise en place de la filière intégrée au sein de l’UMG Istya associant maîtrise des coûts et performance qualitative,

 

 

-          S’attacheront à définir et arrêter  les adaptations nécessaires de l’offre, du système contributif et de l’organisation politique et gestionnaire,  au cœur du projet « MGEFI-Ambition 2016 », en vue de pérenniser les équilibres fondamentaux et les démarches solidaires de la mutuelle.

 

-  Agiront , avec l’ensemble des militants et collaborateurs de la mutuelle pour travailler à la qualité du service rendu aux adhérents – prochainement reconnue pour la deuxième année consécutive par la certification normes ISO-  et renforcer l’ancrage professionnel en s’appuyant sur une politique de développement et de fidélisation ambitieuse ;

- Se félicitent de la qualité des relations entretenues avec les organisations syndicales de   notre ministère et attendent une reconnaissance plus forte encore de l’action et du rôle de la MGEFI de la part de l’Employeur public.

Au terme d’une année charnière et contrastée, les délégués réaffirment leur détermination à agir pour renforcer la protection des adhérents et la pérennité de la MGEFI. Toujours motivés malgré  un contexte difficile et des défis majeurs, ils s’engagent à faire vivre dans l’intérêt général le modèle mutualiste qu’ils considèrent, même si des adaptations sont nécessaires, comme porteur de fondamentaux modernes et justes socialement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire