vendredi 13 juin 2014

Elections à l'Academie de médecine

 PRESENTATION DES HEUREUX ELUS


Professeur Dominique LECOMTE  élue membre titulaire
dans la 3ème division, section des sciences biologiques
 
Née le 17 mars 1946 en Isère
 
« La » médecin légiste française.
Elle débute ses études en Anatomie Pathologique, suit la carrière hospitalo-Universitaire, devenant Chef de travaux-Assistant des Hôpitaux à la Faculté de Médecine Saint-Antoine chez son Maître, Louis Orcel. Elle s’y forme en autopsie.
Louis Orcel lui conseille de s’orienter vers la Médecine légale, alors en plein délabrement, et la dirige vers l’Institut Médico-Légal de Paris. Elle passe le Certificat d’études spéciales de cette discipline et devient Professeur des Universités de Médecine Légale et Directeur de l’Institut Médico-Légal en 1998.
Dominique Lecomte réforme l’Institut en y réintroduisant «Science et Conscience» : elle réforme la pratique des examens de corps et des autopsies tout en développant l’accueil et l’écoute des familles. Parallèlement, elle enseigne la Médecine Légale et le Droit médical à Paris VI, V, XII, puis II et VIII, à l’Ecole des Officiers de Gendarmerie, différentes Ecoles des Officiers de Police, dont celle de Paris, participe à la formation continue en Thanatologie médicolégale et devient Présidente de l’Association Française de Formation Continue en Médecine Légale de 1990 à 1999. A l’étranger, c’est au Pakistan, au Liban, en Centrafrique qu’elle est envoyée en mission d’enseignement et de réorganisation de la Médecine Légale.
Dominique Lecomte multiplie, parallèlement, les fonctions d’expertise au titre de médecin légiste (elle est nommée dès 1992 experte agréée par la Cour de Cassation, devenant Vice-Présidente de la section médicale des experts agréés) et aussi dans des domaines débordant largement la médecine légale au sens strict. Elle devient membre du Comité d’éthique funéraire de la Ville de Paris, du Conseil supérieur de l’Administration Pénitentiaire, du Conseil scientifique de l’AFFSAPS, Présidente de la Commission scientifique des prestations sanitaires du Ministère de la Santé, Vice-Présidente du Comité Economique des Produits de Santé, auteur d’un rapport sur «les aides techniques» dans le handicap en France demandé par le Ministre de la Santé. Le Ministre de l’Intérieur et le Ministre de la Santé le 24 septembre 2003 lui demandent un rapport sur la gestion des situations de décès massifs à la suite de la canicule.
D’autres missions lui seront demandées pour enquêter sur de multiples catastrophes (de l’attentat du RER de Paris, à l’accident du vol Rio-Paris). Ce sont aussi le Tribunal Pénal International au Rwanda puis celui de La Haye qui la missionnent pour étude de dossiers et documents. Cela la conduit à enquêter sur place au Rwanda et au Kosovo (où elle passe trois mois).
Dominique Lecomte est l’auteur de 256 publications.
Elle a publié deux ouvrages aux Editions Fayard : «Quai des ombres Vingt ans au service des morts» en 2003, réédité en 2012 dans la collection Pocket et «La Maison du mort» en 2010.
Dominique Lecomte est membre de la Société Française de Médecine Légale et Criminologie, de l’American Academy of Forensic Sciences (USA) et de la British Association in ForensicMedicine, Edinburgh.
Elle est Officier de l’Ordre National du Mérite, Commandeur de l’Ordre de Palmes Académiques et Commandeur de la Légion d’Honneur.
 
 Professeur Gilles FAVRE (Toulouse)  élu membre correspondant dans la 3ème division,  section des sciences pharmaceutiques
 
 Il a fait toutes ses études universitaires à l’université Paul Sabatier de Toulouse, du diplôme de pharmacie et du DEA de Biotechnologie et Pharmacologie fondamentale au Doctorat en Sciences pharmaceutiques,  conjointement à une carrière hospitalière. Après l’Internat il gravit toutes les étapes : Assistant puis Directeur de laboratoire et enfin chef du département de Biologie et de pathologie depuis 2002, département qui comprend les diverses disciplines suivantes : Biologie, Anatomie, Cytologie, Pharmacologie, oncogénétique et transfert bioclinique.
 
Après sa formation à l’université Paul Sabatier il fait également une carrière universitaire de haut niveau : Successivement chargé de cours, maître de conférences et enfin Professeur des universités.
 
2011 : Professeur des universités Praticien hospitalier de Pharmacie PU PH CE 1.
 
Une carrière consacrée à la cancérologie avec la volonté d’associer les recherches fondamentales de Biologie et Biochimie cellulaire et les recherches biocliniques. Il dirige une équipe de recherche au sein du centre de recherche en cancérologie de Toulouse, unité INSERM U 1037, avec comme fil rouge l’étude des mécanismes de signalisation cellulaire et le développement de thérapies ciblées avec plusieurs temps forts :
- Mise en évidence du métabolisme perturbé du cholestérol dans les cellules tumorales, caractérisé par la surexpression du récepteur aux LDL et des dérégulations de HMG-CoAréductase, l’étude du récepteur aux LDL comme cible thérapeutique ce qui l’a conduit aux développement des vecteurs nano particulaires biomimétiques des LDL, et à la création d’une jeune société innovante.
- Démonstration du rôle proapoptotique du farnésol et du géranylgéraniol dans la cellule tumorale ; Gilles Favre fut parmi les premiers à mettre en évidence le rôle des inhibiteurs desfarnésyl et géranyltransférase. Ces inhibiteurs font partie des premières thérapies ciblées à avoir été développées pour cibler l’oncogène Ras. Ce travail débuté dans les années 1995 a été conduit jusqu’aux essais cliniques dont les derniers viennent d’être publiés.
- Démonstration, avec d’autres équipes du rôle gène suppresseur de tumeur de la GTPaseRhoB, études des mécanismes moléculaires de la fonction de RhoB dans la tumorigenèse et la réponse aux stress genotoxiques. G. Favre et son équipe ont également démontré que RhoB était un facteur pronostic dans les cancers du poumon à petites cellules ainsi qu’un facteur important dans la réponse aux thérapies qui ciblent la voie des MAPK dans les cancers du poumon et dans les mélanomes.
Tous ces travaux ont été menés dans le cadre de collaborations nationales et internationales comme par exemple J.C. Fruchart de Lille pour les LDL vecteurs de médicaments et aux Etats-Unis S.M Sebti de Tampa en Floride pour les inhibiteurs de prényltransférase et H Warmus de Bethesda pour le cancer du poumon.
 
Ces recherches ont donné lieu à 114 publications internationales  et 5 brevets.
 
Expert et d’évaluateur de la recherche dans de nombreux comités nationaux (conseil scientifique de l’INSERM) et internationaux (Inca et Alberta cancer board au Canada).
 
Il assure la direction de la Fondation recherche et innovation thérapeutique en cancérologie (RITC) qui fédère dans la région toulousaine 63 équipes de recherche fondamentale et 13 services cliniques ainsi que des partenaires industriels dans le but d’accélérer les découvertes thérapeutiques en cancérologie. Enfin il est depuis Juin 2013 Directeur du Cancéropole GrandSud Ouest (il existe actuellement 7 cancéropoles créés l’Institut national du Cancer).
 
 
Professeur Ding-Feng SU (Shanghai) élu membre correspondant étranger dans la 3ème division, section des sciences pharmaceutiques
60 ans,
 
Docteur en médecine de l’université de Shanghai.
 
professeur de pharmacologie et directeur du département de pharmacologie de la faculté de pharmacie de Shanghai.
 
Il a soutenu en 1986 un Doctorat d’état ès sciences à l’université Claude Bernard Lyon 1
 
Ces travaux de recherche qu’il a abordés à la fois sur le plan expérimental et sur le plan clinique ont porté sur la pharmacologie cardio-vasculaire, plus particulièrement sur :
- la régulation de la pression artérielle,
- les médicaments antihypertenseurs
- les stratégies thérapeutiques de prévention dans les maladies cardio-vasculaires
 
Il a publié 155 articles dans des revues scientifiques à comité de lecture. Il est l’éditeur scientifique de 19 ouvrages en langue chinoise sur la pharmacologie générale et la pharmacologie cardio-vasculaire.
 
Il a été éditeur en chef de 2007 à 2011 de Clinical and Experimental Pharmacology and Physiology, journal dont le facteur d’impact est 2. 2. Il est actuellement éditeur en chef du journal CNS Neuroscience and Therapeutics dont l’impact est 4. 4. Membre du comité éditorial de nombreux journaux scientifiques de langue chinoise et membre de nombreuses sociétés scientifiques chinoises et étrangères.
 
Il a déposé en Chine, depuis 2004, 12 brevets sur des méthodes expérimentales de recherche dans le domaine cardiovasculaire et sur diverses stratégies thérapeutiques du système cardiovasculaire
 
 Professeur Jean TAMRAZ  élue membre titulaire
 dans la 3ème division, section des sciences biologiques
et pharmaceutiques
 Libanais et français de 60 ans
 
Jean Tamraz obtient un baccalauréat de philosophie (1972) puis 2 années de pharmacie à l'Université Saint-Joseph (USJ)-CHU Hôtel-Dieu de France (HDF 1984, J.O. 18.03.92). Venu à Paris en 4ème année de médecine comme externe en neurologie (1978) au CHU Pitié-Salpêtrière-Univ. P.et M. Curie Paris 6
Il y débute son cursus de clinicien-chercheur par un certificat de neuroanatomie (1981), est intégré au Collège d'Evaluation Clinique en Résonance Magnétique (CERM, 1983-1987) de la Mission Interministérielle de Recherche. Docteur en Médecine et neuroradiologue hospitalier il est qualifié en neurologie et maladies du système nerveux (1987). En IRM, chez l'homme et l'animal, il définit le référentiel céphalique stéréo-taxique Chiasmato-Commissural postérieur (CH-CP), parallèle à la scissure de Sylvius et orthogonal à la ligne commissure postérieure-Obex (CP-OB) du tronc cérébral (Académie des Sciences, 1989). Jugé par les Prs A. Delmas, J. Lejeune, M.-O. Réthoré et J. Hureau il devient Docteur en sciences (Univ. René Descartes, 1991) sur "morphométrie de l'encéphale par résonance magnétique, application à l'anatomie comparée et à la tératologie". Qualifié en radiologie et imagerie médicale (1990), 2ème au concours de PH temps plein (1992), il quitte Paris
Nommé professeur de neurosciences à l'USJ-P.H. temps plein au CHU, chef du Service d’Imagerie (1994), il y implante et développe IRM et neuroradiologie. Coordonnateur des Maîtrises de Sciences Biologiques et Médicales (1994), Membre des Conseils de spécialité en Neurologie et Radiologie (1995), il soutient à Paris son Habilitation à Diriger des Recherches sur "morphométrie de l'encéphale en IRM appliquée à la pathologie chromosomique humaine, anatomie comparée et tératologie” (1996). Son intérêt au retard mental et/ou sensoriel, fréquent en méditerranée (consanguinité), le fait Président du Centre médico-psycho-pédagogique (1997), Ass.1901 affrontant le manque d’établissements spécialisés pour enfants handicapés < six ans (dépistage, diagnostic, traitement, soutien familial). En 2010 (J.O. 04.11.10), il crée l'Observatoire du Handicap et de la Déficience Intellectuelle ou Sensorielle (O.H.D.I.S.) sous la présidence d’honneur de M.O. Réthoré avec le réseau Intelli’Cure, dédié à l'approche du handicap et de son intégration dans la société, de l’enseignement à la recherche. Dirigeant le Mastère-recherche euro-méditerranée Neuroscience clinique et Neuroimagerie en retard mental et déficience intellectuelle et sensorielle (ISIS-Neuroscience and Biotechnology (2012, PTS, USJ et 11 universités), il coordonne en 2013 le DU Handicap mental et sensoriel, prise en charge globale (UISF et UNESCO).
Membre de l’association Scientifique Franco-Libanaise (A.S.F.L, 1991), secrétaire général de l’Association Développement de l’Hôtel-Dieu de France à Beyrouth (1992), des commissions Médicales et du Comité d’Ethique (1998), de l’équipement(2000), du groupe de réflexion stratégique (2001) du CHU, participant à l’évaluation de sa Faculté (Conférence Internationale des Doyens de Facultés de Médecine d'Expression Française, CIDFMEF, Beyrouth 2001-2002), il partage la réflexion de son projet d’établissement avec les Hospices Civils de Lyon, établit une conventions hospitalo-universitaire Hôtel-Dieu de France - CHNO des XV-XX (23.09.05). Ainsi juge-t-il que sa formation neuro-scientifique ne suffit plus : il acquiert un MBA Management Santé (USJ-Paris-Dauphine et Panthéon-Sorbonne, 2008).
Coordonnateur des Mastères recherche en Sciences biocliniques à l’USJ (2006), chargé de mission (2009) puis conseiller scientifique coordonnant les activités de recherche et développement près le Recteur de l’USJ, R. Chamussy (2010), il écrit Le Pôle Technologie Santé (PTS), de la gouvernance à la performance (Anis, 190 p., 2010) associant Agence Française de Développement (AFD) et Banque Européenne d’Investissement (BEI). Campus de l’Innovation USJ, technopôle en recherche interdisciplinaire, «clé de voûte » recherche-développement-santé publique-éthique, il est inauguré avec l’ANM (R. Ardaillou, J. Dubousset, P. Corvol, A. Carpentier, E.A. Cabanis) et J. Alouf (Acad Nat. Pharmacie), le 13.05.2011.
Auteur ou co-auteur d’une centaine de publications scientifiques
125 enseignements universitaires et EPU, 52 contributions à des thèses/mémoires, membre ou administrateur de 25 sociétés savantes en France, Europe, USA ou fédérations mondiales
 
 Docteur Eliete BOUSKELA (Rio de Janeiro) 
élue membre associée étrangère dans la 3e division,
sciences biologiques et pharmaceutiques
64 ans.
 
Docteur en médecine de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro en 1973 elle a commencé très tôt sa carrière scientifique :
- au Brésil, en 1969, à l’Institut Carlos Chagas Filho,
- aux Etats-Unis, de 1974 à 1977, au département de physiologie de la Mayo Foundation à Rochester et au Département de Physiologie et de Biophysique de l’Université de Washington à Seattle,
- en Suède, entre 1987 et 1994, au département de Physiologie et de Biophysique de l’Université de Lund où elle devint Professeur Associé pendant un an avant de revenir au Brésil.
 
A Rio de Janeiro, Madame BOUSKELA est actuellement Professeur de Physiologie cardio-vasculaire et coordinatrice de la Recherche Clinique du Centre Biomédical de l’Université de l’Etat de Rio de Janeiro.
 
Membre de l’Académie nationale de Médecine du Brésil et de l’Académie brésilienne des Sciences, elle est présidente du Conseil Supérieur de la fondation de Recherche de l’état de Rio de Janeiro. Elle est coordinatrice de la Section Santé et du Conseil Supérieur et Scientifique de l’Etat de Rio de Janeiro. Elle a été élue membre correspondant étranger de l’Académie Nationale de Médecine, le 25 novembre 2008.
 
Spécialiste de la microcirculation, Madame BOUSKELA a notamment étudié les mécanismes de transport des substances hydrophiles dans le tissu capillaire et elle a été la première à mettre en évidence l’existence d’un gradient de distension capillaire longitudinale. Plus récemment, elle s’est consacrée, grâce à des méthodes non invasives de vidéo capillaroscopie digitale, à l’étude morphologique et fonctionnelle de la microcirculation. Elle a également étudié les dysfonctionnements de la microcirculation après ischémie/reperfusion au cours du diabète ou de maladies veineuses chroniques.
Les documents succincts qui ont été fournis ne permettent pas de préciser davantage la nature de ces travaux et les résultats auxquels ils ont conduits.
 
Elle a participé à 151 publications dont 10 dans des revues internationales, 40 chapitres de livres et 356 résumés de congrès nationaux et internationaux.


 

 

1 commentaire:

  1. La maladie du vih au cours des 3 dernières années et des douleurs difficiles à manger et la toux sont des cauchemars, en particulier la première année. À ce stade, le système immunitaire est sévèrement affaibli et le risque de contracter des infections opportunistes est beaucoup plus grand. Cependant, tous les séropositifs ne développeront pas le sida. J'ai commencé à prendre des antirétroviraux pour éviter une mort prématurée, mais je croyais en Dieu qui me guérirait un jour. En tant que brevet pour le VIH, nous vous conseillons de prendre des traitements antirétroviraux pour réduire nos chances de transmission du virus à d'autres personnes, il y a quelques semaines, je suis allé à la recherche sur Internet si je pouvais obtenir des informations sur le traitement du VIH par la phytothérapie. Sur ma recherche, j'ai vu le témoignage d'une personne qui avait été guérie du VIH et qui s'appelait Achima Abelard. et un autre brevet concernant le virus de l'herpès, Tasha Moore, qui a également témoigné au sujet de ce même homme, appelé le Dr Itua Herbal Center. J'ai été ému par le témoignage et je l'ai contacté par son adresse Email.drituaherbalcenter@gmail.com OU info@drituaherbalcenter.com. Nous avons bavardé et il m'a envoyé une bouteille de médicament à base de plantes. Je l'ai bu comme il me l'avait demandé. Après l'avoir bu, il me demande de passer un test pour savoir comment j'ai mis fin à ma vie de souffrance du brevet relatif au VIH, je suis guéri et exempt d'arv. Je lui suis toujours reconnaissant Drituaherbalcenter.Voici son numéro de contact: +2348149277967 ... Il m'assure qu'il peut guérir la maladie suivante..Vers, Cancer, Herpès Virus, Hpv, Pile, Erection faible, Maladie de Lyme, Epilepsie, , Cancer de la vessie, Cancer colorectal, Cancer du sein, Cancer du rein, Leucémie, Cancer du poumon, Lymphome non hodgkinien, Cancer de la peau, Lupus, Cancer de l’utérus, Cancer de la prostate, Fibromyalgie, SLA, Hépatite, Dysme de Parkinson, Maladie de Parkinson, Maladie génétique, Fibrodysplasie, Fibrodysplasie ossifiante progressive, syndrome de toxicité de la fluoroquinolone, accident vasculaire cérébral, HPV, érection faible, inflammation du foie et des reins, stérilité masculine / féminine, maladie de l'intestin, maladie de Huntington, diabète, ...

    RépondreSupprimer