lundi 3 septembre 2012

Médecins généralistes et pharmaciens : développer les génériques en respectant chaque professionnel

Notre pays qui affronte de graves difficultés économiques a choisi de développer les médicaments génériques. Ce choix, inscrit dans la loi, permet de dégager des marges de manœuvre indispensables à la rénovation de notre système de santé.

En cette fin du mois d'août, cinq semaines seulement après la mise en place par l'Assurance–Maladie du contrat tiers - payant contre génériques, le taux de substitution moyen dépasse 78 % et le taux de pénétration des génériques progresse de 7 points, soit la moitié de l’objectif fixé à 85 %.
Ce contrat produit ses effets mais médecins et pharmaciens doivent pouvoir travailler sereinement :
-          Les généralistes ne veulent pas que leurs patients reviennent leur demander de modifier leur prescription sur proposition de leur pharmacien.
-          Les pharmaciens ne peuvent délivrer les médicaments génériques souhaités que si le médecin prescrit dans le répertoire des génériques.
Médecins et pharmaciens veulent régler ces difficultés pour améliorer un dispositif qui doit garantir au patient la qualité des soins en maintenant un haut niveau de remboursement.
Médecins et pharmaciens réaffirment en conséquence que :
-          Chaque fois qu’elle est possible, conformément à la réglementation, la prescription par le médecin se fait dans le répertoire des génériques et en DCI.
-          En aucun cas le pharmacien ne doit renvoyer des patients vers le médecin pour une demande de mention non substituable, celle-ci étant strictement encadrée par la réglementation, de la seule initiative du prescripteur, et doit rester l’exception.
Les pharmaciens dispensent les médicaments génériques en facilitant la compréhension des patients sur leur traitement et en évitant les changements de marques pour les personnes âgées.
Cette dynamique sera renforcée par un accord conventionnel tripartite entre syndicats de médecins et de pharmaciens et Assurance-Maladie.
Ce premier accord entre nos deux professions sera relayé par des réunions locales pour conforter ce mécanisme, communiquer auprès des patients et renforcer ainsi la coopération entre professionnels de santé de proximité.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire