jeudi 11 décembre 2014

INED: Le nombre d’IVG est stable, mais moins de femmes y ont recours


Population n° 3, 2014
ZOOM sur : Le nombre d’IVG est stable, mais moins de femmes y ont recours - M. MAZUY, L.TOULEMON, E. BARIL

En France, les interruptions volontaires de grossesse (IVG) concernent chaque année environ 1,5 % des femmes. Le recours à l’IVG est stable avec environ 210 000 IVG par an, mais il augmente pour les femmes qui ont entre 18 et 25 ans et diminue aux âges supérieurs à partir de 25 ans. L’âge moyen à l’IVG est passé de 28,4 ans en 1990 à 27,5 ans en 2011. La moitié des femmes qui ont recours à l’IVG ont moins de 26,5 ans contre 27,9 ans en 1990.

Les IVG se concentrent désormais dans la période de « jeunesse sexuelle », entre l’entrée dans la sexualité et la naissance du premier enfant, période qui s’allonge. Le recul des premières naissances, les conditions économiques plus précaires des jeunes femmes et la forte planification des naissances expliquent sans doute qu’elles soient plus qu’avant dans des situations où elles ne souhaitent pas mener à terme une grossesse qui n’était pas prévue.

Un peu plus de la moitié des femmes ayant eu recours à l’IVG en 2011 vivent seules (52 %) et occupent un emploi (52 %) et une sur cinq est étudiante ou élève (19%). Deux fois sur trois, elles n’ont pas d’enfant ou sont mères d’un enfant unique.

Même si la loi permet depuis 2001 de pratiquer une IVG jusqu’à 12 semaines de grossesse, les IVG restent précoces. Elles ont lieu en moyenne à 6,5 semaines de grossesse. Un accès plus rapide qui s’explique par la diffusion de la méthode médicamenteuse, qui représente 55 % des IVG en 2011, contre 36% en 2002.

Le nombre moyen d'IVG par femme est de 0,53 en 2011. Une femme sur trois a recours à l'IVG au moins une fois dans sa vie, une femme sur cinq (20%) a recours à une seule IVG, et un peu plus d'une femme sur dix (14%) a recours à plusieurs IVG. La part des femmes qui ont recours à l'IVG a baissé (elle était de 38% dans les années 1990) ; parmi elles, la part des femmes qui ont recours au moins une fois à une deuxième IVG a augmenté. Mais la part de femmes ayant des IVG répétées reste faible : 14%. Et lorsqu’elles se répètent, les IVG sont souvent rapprochées et concernent des femmes qui utilisaient plus que les autres la pilule et n’avaient probablement pas anticipé le risque d’une nouvelle grossesse non souhaitée


Contacts chercheurs :

Magali Mazuy – mazuy@ined.fr

Laurent Toulemon – toulemon@ined.fr

Autres articles de la revue

Âge à l’entrée en union des femmes en Afrique. Les données des enquêtes et des recensements sont-elles comparables ? - V. HERTRICH, S. LARDOUX

Fécondité et scolarisation à Ouagadougou : le rôle des réseaux familiaux - M. BOUGMA,
L. PASQUIER-DOUMER,T. LEGRAND, J.-F. KOBIANÉ

 

Notes de recherche

Un indice synthétique de fécondité enrichi à partir des données de panel - G. DE SANTIS,
S. DREFAHL, D. VIGNOLI

Niveaux et tendances de la fécondité en Corée du Nord - T. SPOORENBERG

 

Bibliographie critique

Aucun commentaire:

Publier un commentaire