mardi 18 décembre 2012

C'est à lire : « Cancer : et si on guérissait les malades ? » de Laurent Schwartz et Jean-Paul Brighelli - Editons Hugo Doc


Après des années de fol espoir, la fatalité a envahi les centres de recherche contre le cancer. Il faut bien l’avouer, en matière de cancer rien n’est clair, tout reste à faire. Les courbes de survie sont en berne, la mortalité, notamment celle des jeunes augmente. Aujourd’hui l’abandon du dépistage du cancer de la prostate, demain celui du sein. Une prévention que chacun appelle de ses voeux mais dont tous les essais démontrent l’échec. Des traitements de plus en plus chers mais pas plus efficaces. Le cancer coûte à certains et rapportent beaucoup à d’autres.

 

Le propos de ce livre n’est ni de dénoncer ni de dévoiler les chemins de la turpitude (d’autres s’en chargeront) mais d’ouvrir un vrai espoir. Ce n’est pas un livre de plus sur une diète miracle ou une théorie fumeuse voire ésotérique, mais une approche claire et simple de ce qui peut être fait. Le cancer est très probablement une maladie simple. Aujourd’hui le cancer est pensé comme une invasion par des cellules malignes et folles, il est traité comme un ennemi par des frappes chirurgicales, des poisons ou des rayonnements. Ce dogme est faux.

 

Avant-guerre, le cancer est compris par des Prix Nobel comme une maladie cousine du diabète. Ces scientifiques de renom avaient compris que la cellule cancéreuse est inondée de glucose qu’elle ne peut digérer et donc elle grossit. Leurs travaux, longtemps oubliés, sont exhumés car c’est en injectant un sucre radioactif que le radiologue (Pet Scan) suit l’évolution du cancer. Mais à la différence du passé, nous savons corriger ces anomalies. De multiples publications, venant de laboratoires de différents pays montrent que l’on peut, chez l’animal, arrêter la croissance de la tumeur avec des molécules simples et non toxiques. Hier aussi le diabète et la tuberculose étaient des maladies complexes et par là incurables. Le cancer lui aussi va devenir une maladie simple et par là curable.

 

LAURENT SCHWARTZ est cancérologue, il a exercé à Harvard Medical School (Massachusetts General Hospital). Il travaille à la recherche sur le cancer à l’Assistance publique de Paris. Il est l’un des premiers médecins à avoir proposé de remettre en question les hypothèses de base fondant la recherche actuelle en matière de traitement sur le cancer pour parvenir à vaincre cette maladie.

 

Laurent Schwartz s’appuie sur un vaste réseau de chercheurs hors du champ de la recherche sur le cancer. Réunie à l’École polytechnique, l’équipe formée de mathématiciens, de physiciens et de biologistes concentre son travail sur la recherche d’un traitement efficace et novateur contre le cancer.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire