mardi 16 octobre 2012

C'est à lire : « Un amour fractal » de Ghizlain Chraïbi


 «  Un amour fractal » de Ghizlain Chraïbi  - Editions Juste Pour Lire (JPL)

Après un divorce somme toute banal, Ito, bourgeoise de Fractalie (contrée surréaliste à la couleur marocaine), replonge avec allégresse dans tous les clichés joyeux d’un second mariage. Son époux bien sous tous rapports décide l’émigration conjugale vers La Banquise (terme générique dans le roman).

 Dans « Un amour fractal », Ghizlaine Chraibi nous enserre dans l’étau du couple patriarcal, sa part d’ombre, son visage inadapté au siècle et destructeur à souhait. Ce couple hétérosexuel, ultra-diplômé et bien sous tous rapports, loin du regard des autres, n’est pas si joli joli de près.

Sous la houlette sans fards de l’exil, les vernis craquent et laissent apparaître les archaïques rapports de force qui sous-tendent un mariage hétéro-centré : les attentes de l’époux sont celles d’un fils et non d’un partenaire. Toute l’énergie maternelle de la femme est happée, sans vergogne, par l’avidité de l’époux pervers narcissique aux dépens de tout autour de lui, enfants réels et bien présents y compris.


Comment survivre à soi dans le couple, dans l’exil, dans la maternité, pour une femme éduquée à la réussite familiale comme socle socioculturel fondamental ? Comment traverser cet anachronisme traditionnel, en ce début de 21ème siècle, sans y laisser sa peau et son âme ? Que faut-il sacrifier pour simplement survivre dans une société conservatrice et politiquement correcte?


D’une violence psychologique et morale qui va crescendo dans la construction du roman, la narratrice s’affirme en s’opposant aux clichés qui construisent l’identité féminine et aux attentes de la société qui font du mariage, un fondamental.


Mourir ou partir. Ito, la narratrice, fera le choix, encore fortement tabou, d’elle-même. Elle se réapproprie sa liberté aux dépens de la maternité et replace les pions de son identité à partir de soi. Le choix de mettre fin à son exil personnel.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire